DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Google : l’ultimatum de la CNIL arrive à son terme


monde

Google : l’ultimatum de la CNIL arrive à son terme

La Commission française de l’informatique et des libertés avait donné trois mois à Google pour modifier ses règles de confidentialité. Cet ultimatum prend fin ce vendredi.

Concrètement, que reproche la CNIL au géant du web ? En mars 2012, Google a totalement « reformaté » sa politique de gestion des données personnelles « laissées » par les internautes après l’utilisation des différents services que le groupe propose : moteur de recherche, messagerie en ligne, cartographie, etc. Le groupe a ainsi fusionné plus de soixante règles d’utilisation en une seule, afin, selon lui, de simplifier l’« expérience des utilisateurs ». C’est justement cette centralisation des données que l’autorité française a pointée du doigt. Et elle n’est pas la seule. Ses homologues européennes ont également entrepris des démarches visant à contraindre Google au respect de leur cadre législatif en vigueur. Dans les pays de l’Union, ce cadre est en partie défini par la directive européenne sur la protection des données personnelles.

En juin dernier, l’autorité française avait menacé Google de sanctions financières, de l’ordre de 150.000 euros, si le groupe américain ne se mettait pas en conformité. Certes, le montant de cette amende potentielle parait bien dérisoire. Mais en additionnant le montant de toutes les sanctions que le groupe encourt au niveau européen, jusqu’à un million d’euros en Espagne par exemple, la somme se révèle être plus importante.

Dans les faits, la CNIL avait sommé Google d’exposer clairement sa politique concernant les données personnelles collectées. L’objectif avoué de cette collecte et la durée de conservation des données personnelles sont au centre de la problématique pour le régulateur français. La gestion et surtout l’utilisation des cookies faites par Google doit être également clarifiée.

A l’heure actuelle, rien n’a filtré concernant la position de Google. Mais à n’en pas douter, le message « Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies » qui accompagne la page d’accueil du moteur de recherche depuis quelques mois atteste que certains problèmes soulevés ont été pris en compte. L’internaute en cliquant sur un bouton situé après ce message peut également consulter une page où la position de Google est précisée. Parmi ces quelques lignes, il est ainsi indiqué que « Les cookies jouent un rôle important. Sans les cookies, l’utilisation du Web pourrait s’avérer beaucoup plus frustrante

Il reste maintenant à savoir si les vues de Google et de l’autorité française seront convergentes sur le sujet. Rendez-vous demain pour le savoir.

Prochain article

monde

Enders : "la défense commune de plus en plus lointaine"