DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Au Kenya, les Somaliens craignent les représailles

Vous lisez:

Au Kenya, les Somaliens craignent les représailles

Taille du texte Aa Aa

Nous sommes à Eastleigh, un quartier de Nairobi surnommé “le petit Mogadiscio”. Des dizaines de milliers de Somaliens y ont trouvé refuge, des immigrés qui ont fui les combats et la misère de leur pays.

Mais l’attaque du Westgate Mall par des shebabs, des islamistes somaliens, les met en porte-à-faux au Kenya. Ils craignent des représailles.

“Depuis l’attaque, nous n’avons pas vu de harcèlement policier ou de personnes ayant été agressées. Cela n’empêche pas les gens d‘être inquiets. Ils rentrent tôt à la maison et le soir, entre 22h et 23h, les rues sont vides. Ce n’est plus comme avant, la tension est palpable car les gens ont peur de la police”, indique Fouad Abraham, un coursier.

L’an dernier, des commerces de ce quartier avaient été pris pour cible suite à une attaque meurtrière perpétrée par des shebabs. La Somalie invite donc les Kenyans à ne pas faire l’amalgame.

“Ce n’est pas un problème somalien, comme certains médias veulent le faire croire. C’est un groupe terroriste qui a tué de nombreux Kenyans et des ressortissants de nombreuses nationalités, y compris des somaliens”, estime Mohamed Ali Nur, l’ambassadeur de la Somalie au Kenya.

Cinq membres du commando ont été tués pendant le siège du centre commercial, huit sont en détention et trois suspects ont été libérés, a annoncé le ministre kenyan de l’Intérieur. Il a démenti cependant la disparition d’une soixantaine de personnes, ce qu’annonçait la Croix-Rouge. Les autorités poursuivent donc leurs investigations. L’attaque a fait 67 morts, selon un bilan toujours provisoire.