DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Changement climatique : la responsabilité de l'homme de plus en plus certaine

Vous lisez:

Changement climatique : la responsabilité de l'homme de plus en plus certaine

Taille du texte Aa Aa

Les catastrophes naturelles vont se produire plus fréquemment dans un proche avenir si rien n’est fait contre le réchauffement de la planète. Si des doutes subsistaient quant à l’impact de l’activité humaine sur les changements climatiques, aujourd’hui, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l‘évolution du climat (GIEC) est plus sûr que jamais : l’homme est le principal responsable.

Dans leur dernier rapport présenté ce vendredi, les scientifiques estiment avec de plus en plus de certitude que l’influence humaine est la principale cause du réchauffement observé depuis le milieu du 20e siècle. En 2001, ils s’en tenaient à 66 % …

Mais il y a d’autres chiffres encore plus préoccupants. À la fin du siècle, la température de la terre pourrait augmenter de 0,3 degrés celsius, dans la version la plus optimiste, à 4,8 degrés, scénario plus probable selon les scientifiques.

Autre chiffre alarmant, celui du niveau des mers. Le GIEC revoit à la hausse ses projections : les scientifiques estiment désormais que d’ici 2100 il pourrait monter en moyenne de 26 à 82 cm. Les climatologues prennent désormais mieux en compte un phénomène encore insuffisamment étudié il y a 6 ans : un écoulement dans les océans des glaciers du Groenland et de l’Antarctique.

Ce qui est sûr, cette nouvelle sonnette d’alarme est prise très au sérieux après les mises en causes de 2010, dues à des erreurs d’estimation dont s‘étaient emparé les climato-sceptiques.

Ce nouveau diagnostic doit guider les négociations internationales en vue d’un accord international en 2015 pour permettre de tenir l’objectif retenu par les 195 pays impliqués : contenir le réchauffement sous les 2°C par rapport à l‘époque pré-industrielle.

Y parviendra t il ? En 2009, les dirigeants mondiaux n’avaient pas réussi à trouver un accord au sommet de Copenhague de l’ONU sur les changements climatiques .

Pour les scientifiques le temps presse. Déforestations massives, hausse des émissions à effet de serre… Le réchauffement accru de la planète dû à l’activité humaine, entraînera des phénomènes météo extrêmes, dont les pays pauvres paieront le prix fort, mais aussi les villes côtières des pays riches. Pour les scientifiques, l’alarme qu’ils tirent à nouveau doit servir aux générations futures.