DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un trésor du cinéma retrouvé

Vous lisez:

Un trésor du cinéma retrouvé

Taille du texte Aa Aa

Après un long sommeil dans les réserves de la Cinémathèque royale, l’unique copie du premier film américain de propagande anti-nazie, “Hitler’s Reign of Terror” de Cornelius Vanderbilt a été retrouvé. Les historiens la croyaient définitivement perdue. Mais comment cette copie s’est-elle retrouvée en Belgique?

Nicola Mazzanti, directeur de la Cinémathèque royale explique que probablement “en 1939 quelqu’un a essayé de distribuer le film en Belgique, mais malheureusement trop tard. Il y a l’invasion, et donc le film reste dans les cartons. Dans les années 70 il arrive à la Cinemateque royale et on le retrouve, raconte le directeur qui ne boude pas son plaisir. On sait qu’il est là et on découvre qu’il n’existe aucune autre copie.”

Cornelius Vanderbilt, un riche héritier Américain et cinéaste amateur, est à Berlin en 1933 quand les Nazis remportent les élections. Il filme la foule des partisans d’Afolf Hitler en liesse, les défilés des troupes, mais aussi la fuite de juifs.

Il aurait même eu l’occasion d’interviewer Hitler et il lui pose la question que personne ne pose à l‘époque: Quels sont ses projets pour les Juifs? Question à laquelle Hitler n’aurait pas répondu. L’interview n’a pas été filmée. Vanderbilt en fait une reconstitution quelques mois plus tard et l’intègre au film.

L’interview a-t-elle vraiment eu lieu? Toujours est-il que Vanderbilt est l’un des rares à avoir pu filmer librement en Allemagne à cette époque.

“Je crois que plus tard, en 1935-36, on n’aurait plus permis ça, confirme Roel Vande Winkel, historien et spécialiste de la propagande.
Mais apparemment il a eu la permission ou on ne l’a pas empêcher de faire ces images.”

A sa sortie en 1934, le film est rapidement censuré par les Américains, qui n’ont pas encore de position claire vis-à-vis du Nazisme. Les chercheurs le croyaient perdu à jamais.

Le film restauré sera projeté pour la première fois le 26 octobre prochain au MOMA, le Musée d’art moderne de New York, pour le 75ème anniversaire de la cinémathèque.