DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grèce : la justice s'attaque aux néo-nazis d'Aube Dorée


Grèce

Grèce : la justice s'attaque aux néo-nazis d'Aube Dorée

Les partisans d’Aube Dorée crient au scandale après le vaste coup de filet de la police grecque dans leurs rangs. Hier le parti néo-nazi a vu son chef, quatorze de ses membres ainsi que cinq de ses députés emmenés manu militari par des policiers cagoulés. Les interpelés sont soupçonnés d’appartenir à une “organisation criminelle” mais aussi d‘être à l’origine de violences physiques, et pour certains de meurtres. Ils ont été présentés à un juge.

“Tout cela c’est de la faute du système politique corrompu, qui viole la Constitution, afin de sauver les voix de partis politiques sur le déclin. Aube Dorée est là et ne reculera pas. On ne peut pas mettre des idées en prison. Nous nous battrons jusqu‘à la fin”, réagit Artemis Mathaiolpoulos, un autre député d’Aube Dorée.

La fille de Nikos Mihaloliakos – le chef d’Aube Dorée – dénonce elle aussi une persécution politique.

Reste que depuis son entrée au Parlement, la formation d’extrême droite est accusée par ses détracteurs d’avoir multiplié agressions et provocations. Des faits qui n’ont que rarement donné lieu à des poursuites judiciaires. Le meurtre, il y a dix jours, d’un musicien antifasciste par un membre d’Aube Dorée a eu l’effet d’un électrochoc pour les autorités grecques. Avec ce coup de filet, elles lancent un message de fermeté à la Grèce et à l’Europe. Cela prouve que “l’Etat de droit n’est pas nu et impuissant” a commenté un ministre.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Italie : le parti de Berlusconi se retire du gouvernement Letta