DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Sans surprise, les Kurdes se disent déçus par les réformes d'Erdogan


Turquie

Sans surprise, les Kurdes se disent déçus par les réformes d'Erdogan

Des dizaines de milliers d’entre eux ont manifesté hier dans les rues de Diyarbakir pour demander au Premier ministre turc d’aller plus loin. Il a annoncé l’enseignement du kurde dans les écoles privées et autorisé son utilisation pour la propagande électorale tout en abaissant le seuil pour entrer au parlement. Une meilleure visibilité mais les Kurdes veulent une vraie reconnaissance institutionnelle et un statut pour le Kurdistan sans oublier la liberté pour le chef du PKK, Abdullah Öcalan”, comme l’explique une député kurde.

Depuis mars dernier, Ankara a engagé des pourparlers avec le PKK pour mettre un terme au conflit kurde qui a fait 40 000 morts depuis 1984. Mais ce processus est fragile et le retrait des combattants du PKK du sol turc est suspendu depuis septembre.

Cet homme soutient en revanche le gouvernement : “ces réformes vont dans le bon sens. Elles ouvrent la voie à de nouvelles libertés individuelles et à un nouveau code vestimentaire dans les lieux publics”.

Allusion directe à la question très controversée du foulard islamique. Erdogan a annoncé que les fonctionnaires auraient désormais le droit de le porter dans les institutions publiques à l’exception des policiers, des militaires, des procureurs et des juges.

A six mois des municipales, Recep Rayyip Erdogan tente de reprendre la main après les émeutes de juin dernier à Istanbul et Ankara où une partie de la population a dénoncé “sa dérive islamiste”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Israël demande à Washington de maintenir la pression sur l'Iran