DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Paralysie fédérale aux Etats-Unis : l'homme clef est John Boehner

Vous lisez:

Paralysie fédérale aux Etats-Unis : l'homme clef est John Boehner

Taille du texte Aa Aa

Le Président américain se dit exaspéré devant l’obsession du Parti républicain à ne pas voter la loi sur le budget…
Rien de va plus aux Etats-Unis au troisième jour de paralysie fédérale.

Journaliste britannique à euronews, Sarah Chappell a interrogé notre correspondant à Washington, Stefan Grobe, sur le sujet:
“Nous en sommes à trois jours de fermeture des administrations fédérales non essentielles et il ne semble pas que le gouvernement américain ait beaucoup avancé sur la question du budget. Peut-on envisager une sortie de crise ?

Stefan Grobe, euronews :
“Nous ne voyons aucune avancée, aucun mouvement. L’acteur clef dans cette crise, c’est John Boehner, le président républicain de la chambre des représentants. Il a le pouvoir de mettre sur pied librement et rapidement un projet de loi de financement et ce texte passerait car les Démocrates et un nombre suffisant de Républicains voteraient en sa faveur. Mais John Boehner ne va pas dans cette direction pour l’instant parce qu’il veut éviter une révolte de l’aile droite du parti républicain, révolte qui lui coûterait probablement son poste.”

Sarah Chappell :
“Laissons de côté les divisions politiques pour l’instant, sans vote d’un budget fédéral, quel sera l’impact sur l‘économie au sens large ? Tous ces travailleurs fédéraux ne sont plus payés, certes, mais qu’en est-il des autres américains ?”

Stefan Grobe :
“Et bien voilà la situation, si vous ne travaillez pas pour le gouvernement fédéral, vous n’allez pas ressentir grand chose cette semaine.

Mais plus la fermeture des administrations durera, plus cela aura d’impact sur la vie économique du pays, plombant la consommation des ménages, causant même une récession sur le marché intérieur américain.

Les premiers signes majeurs de difficultés économique apparaîtront probablement à Washington, si les travailleurs fédéraux commencent à ralentir leurs dépenses et à épargner, mais ensuite cela se propagera à tout le pays.”