DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Pourquoi les partis eurosceptiques montent-ils en puissance ?


u talk

Pourquoi les partis eurosceptiques montent-ils en puissance ?

Sophia d’Utrecht aux Pays-Bas :

“Comment expliquer l’actuelle poussée des partis eurosceptiques un peu partout en Europe ? Faut-il y voir une menace pour l’Union européenne telle que nous la connaissons aujourd’hui ?”

La réponse de Pascal Delwit, politologue à l’Université libre de Bruxelles :

“Dans une large mesure, on doit voir la poussée des partis eurosceptiques ou des partis populistes de droite à la lumière des transformations que connaît actuellement l’Union européenne. Ces transformations sont multiples. La première, c’est bien sûr la transformation de l’Union elle-même qui est passée d’une petite communauté européenne à un espace de 28 Etats. Donc, d’un point de vue identitaire, du point de vue de la représentation de ce qu’est l’Union européenne, on est bien sûr dans une autre configuration.
Deuxième élément : la crise économique qui sévit structurellement depuis la fin des années 70 et ponctuellement de manière forte depuis les années 2007-2008 et qui génère énormément d’inquiétudes, de peurs et de craintes qui traditionnellement, poussent au repli.
Enfin, le troisième élément, c’est la représentation de l’Europe qui, dans le concert des nations, est dans une logique de déclin, de déclin industriel, de déclassement de sa place par rapport à des données historiques.

On est dans une logique de repli identitaire qui amène d’ailleurs, à une forme de négation d’un certain nombre de solidarités et on peut constater cette forme de négation à l’intérieur des Etats avec la poussée régionaliste par exemple. Mais on peut aussi la voir entre Etats où des partis comme les Vrais Finlandais, le nouveau parti allemand Alternative pour l’Allemagne ou encore le FPÖ en Autriche plaident désormais pour la fin de la solidarité à l’intérieur de l’Union européenne.

Ces partis ont un impact sur les principales formations qui craignent de les voir monter électoralement et politiquement et qui sont donc eleles-mêmes beaucoup plus rétives à aller de l’avant dans l’Union européenne, au Conseil européen dans une logique qui pourrait être plus pro-active. On l’a bien vu lors de l‘élaboration du budget de l’Union européenne : de nombreux Etats et donc, de nombreux partis ont été très rétifs à augmenter le budget de l’Union craignant une sanction dans leur Etat respectif soit à l’occasion des élections nationales, soit lors des élections européennes.”

Si vous voulez vous aussi poser une question dans U talk, vous pouvez cliquer sur le bouton ci-dessous.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

u talk

L'austérité est-elle encore nécessaire ?