DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Blocage central américain : les lignes ne bougent pas, l'inquiétude grandit


Etats-Unis

Blocage central américain : les lignes ne bougent pas, l'inquiétude grandit

Voter six semaines de budget, c’est le minimum que réclame aux Républicains Barack Obama, de plus en plus impatient de voir les Etats-Unis sortir du blocage fédéral qui entre dans son cinquième jour. Le président américain s’est offert un rare bain de foule ce vendredi dans le quartier de la Maison Blanche, il a expliqué qu’il demandait seulement le vote par la Chambre, dominée par les républicains, d’une loi de finances de six semaines, pour rouvrir l’ensemble des administrations fédérales.

Barack Obama :
“Si le président de la Chambre John Boehner permettait simplement que le vote ait lieu, alors nous pourrions en finir avec ce blocage, et toutes ces familles, pas seulement à Washington mais partout dans le pays, auraient la certitude de toucher leur chèque et de pouvoir rembourser leur emprunt”.

Faute d’un accord sur le budget au Congrès, les services centraux de l‘état américain sont toujours presque en totalité fermés, et 900.000 fonctionnaires, sont en congés sans solde.

Les Républicains refusent de voter un budget qui finance l’“ObamaCare”, la fameuse réforme de l’assurance-maladie chère au président.

“Ce n’est pas un fichu jeu ! s’est exclamé lors d’une conférence de presse John Boehner. Tout ce que nous demandons est de nous asseoir, d’avoir une discussion, de rouvrir l’Etat fédéral et d’introduire de l‘équité pour les Américains dans Obamacare”.

Les Républicains menacent même de voter contre le relèvement du plafond de la dette ; les Etats-Unis pourraient alors se trouver en défaut de paiement… Une situation potentiellement catastrophique selon le Trésor.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Ukraine : Bruxelles demande la grâce de Timochenko