DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Non à la suppression du Sénat irlandais


Irlande

Non à la suppression du Sénat irlandais

Si le oui l’emportait dans les sondages, près de 52% des participants au référendum contre l’abolition de la chambre haute du Parlement, n’ont finalement pas adhéré à la proposition d’Enda Kenny
Un revers, pour le Premier ministre irlandais, selon qui le Sénat, une chambre de 60 membres dont le rôle se limite à entériner des textes déjà votés, était trop coûteux, élitiste, et non démocratique.

“Parfois en politique, vous prenez un coup, admet-il. J’accepte le verdict des citoyens. Mais je dois aussi dire, en toute humilité, et en acceptant ce verdict, qu’il ya quelque chose de vertueux à être là face à vous et à dire que 4 ans plus tôt, je vous avais averti que je poserais cette question.”

“C’est un bon jour pour la démocratie irlandaise, c’est très sain. a quant à lui estimé l’opposant Michael Martin du parti Fianna Fail.
Beaucoup avaient rejoint le camp du oui au départ.Mais je pense que ce que les gens nous disent très clairement, c’est qu’ils attendent une réforme fondamentale de la gouvernance en Irlande.”

C’est le deuxième référendum perdu par le gouvernement d’Enda Kenny.
Le précédent portait sur la capacité du Parlement à mener des enquêtes.
Des réformes politiques dans un climat d’austérité…
Au bord du gouffre, l’Irlande avait accepté un plan de sauvetage de l’UE et du FMI, fin 2010, mais en contrepartie de conditions draconiennes.
Elle souhaite aujourd’hui tourner la page.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Tunisie : les islamistes d'Ennhada s'engagent à quitter le pouvoir