DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"Charism" : un passeport pour l'emploi


generation-y

"Charism" : un passeport pour l'emploi

En partenariat avec

Bien souvent, l’insertion professionnelle commence par un bilan de compétences. On fait le point sur ses capacités acquises lors d’un parcours scolaire, d’un cursus de formation ou d’expériences diverses, mais pas uniquement. On peut aussi s’appuyer sur ses points forts plus personnels pour convaincre un employeur potentiel par exemple, si l’on a des talents de dessinateur.

Pour épauler les jeunes de milieux défavorisés dans cette démarche, un projet européen appelé “Charism” (charisme) a vu le jour. Il consiste en un programme éducatif à l’image de celui dont Julian Laß a bénéficié à Hambourg en Allemagne. Le jeune homme a été accompagné pour qu’il gagne confiance en lui tout en apprenant à maîtriser l’acrobatie. Au bout d’un an de travail, il présente aujourd’hui son numéro lors d’un spectacle de cirque. “Avant, je ne connaissais rien à l’acrobatie,” explique Julian, “je restais chez moi au lieu de sortir ; aujourd’hui, je suis devenu quelqu’un de plus ouvert, ce n’est plus un problème pour moi d‘être devant un public,” souligne-t-il, “cela m’a aussi montré qu’on peut faire des choses en partant de zéro. Je peux aider les gens s’ils ont un problème,” poursuit le jeune homme, “souvent, j’apprends les choses très rapidement, alors j’essaie d’aider ceux qui ont besoin de plus de temps pour apprendre, je les aide à comprendre comment les choses fonctionnent.”

Autre participant, autres modes d’expression : Paul Moschinski se passionne pour le dessin et la musique. “Je fais des choses dont les gens ne me pensaient pas capable et ça les a surpris,” lance-t-il. “Avant le projet, j‘étais un gars vraiment normal, je sortais de chez moi uniquement pour aller à l‘école,” raconte-t-il, “je ne montrais pas tout ce que je savais faire mais aujourd’hui, on me reconnaît dans la rue.”

Favoriser l’insertion professionnelle par une approche au cas par cas avec la mise en avant des points forts de l’individu, c’est l’objectif du projet européen baptisé “Charism” (charisme), pour l’instant en place en Allemagne, Autriche, Grèce, Espagne et Slovénie. “Le projet Charism vise à épauler les jeunes lors de leur passage de l‘école à l’emploi et à veiller à ce que cette transition se fasse en douceur,” assure Heike Köln-Prisner, manager du projet. “Pour pouvoir gagner confiance en eux,” indique-t-elle, “ils doivent réfléchir sur leurs propres atouts et voir ce qu’il leur reste à faire pour les exploiter.”

A l’issue de ce programme, chaque participant obtiendra une sorte de passeport sur lequel seront mentionnées ses compétences pratiques comme ses loisirs, son engagement dans des associations ou encore ses savoirs personnels au même titre que son parcours éducatif. Un document utile lorsqu’il sollicitera des employeurs potentiels. “Il s’agit tout d’abord de les aider à identifier leurs forces, leur potentiel et la direction qu’ils peuvent prendre,” insiste Heike Köln-Prisner, manager du projet “Charism”, “deuxièmement, de leur donner les outils et les documents pour en faire la preuve et troisièmement, de leur permettre de se doter d’une capacité de réflexion en faisant cette démarche aux côtés de quelqu’un qui les soutient.”

Pour plus d’informations : www.charism.eu

Le choix de la rédaction

Prochain article

generation-y

Emploi des jeunes : un programme néerlandais exemplaire