DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Mipcom 2013, la capitale de la prod


le mag

Mipcom 2013, la capitale de la prod

En partenariat avec

Pendant 4 jours, Cannes s’est transformée en la capitale mondiale de la production télévisuelle avec le Mipcom soit le Marché international des programmes audiovisuels.

13 000 professionnels venus du monde entier sont attendus sur la Côte d’Azur. L’occasion de présenter de nouvelles séries télévisées, de faire des affaires et d’essayer de voir où va la télévision.

Giovanni Magi, euronews : “La crise économique pèse sur les finances de nombreux médias, en Europe et ailleurs. Mais ce qui n’est pas en crise c’est la créativité de la production télévisée et numérique. Et c’est ce que l’on vend et que l’on achète ici à Cannes où sont présentés les programmes et la technologie de la télévision du futur”.

Le mirage du multi écrans attire visiblement de plus en plus de monde. Une sorte de dédoublement de personnalité qui va droit au coeur de Dan Rose, le vice-président de Facebook :

“De récentes recherches ont révélé que la plupart des gens qui ont un smartphone ou une tablette les utilisent alors qu’ils regardent la télévision. Que font-ils ? Ils parlent à des amis sur des réseaux comme Facebook. Et donc un second écran et les médias sociaux et facebook deviennent un élément essentiel lorsque les gens regardent la télévision et qu’ils en parlent”.

Dans cette ère du numérique, de nouvelles frontières ne cessent d’apparaître. On en est à la très haute définition, au 4K (soit quatre fois la HD). Explications par Bertrand Loyer, le président de Saint Thomas Productions : “La chaîne de diffusion du 4K n’est pas très claire pour l’instant, on fait un pari aveugle sur l’avenir, mais tourner en 4K c’est un vrai avantage, autant pour maîtriser les ralentis, la dynamique de l’image et la facilité des déplacements sur le terrain puisque ces caméras sont très légères.”

Reste à savoir si la télévision en 4K est le defi ultime ? Approche-t-on des limites de la vision humaine ?

Bertrand Loyer : “L’ oeil humain voit 18 mille K, c’est à dire 576 millions de pixels, donc il y a encore de chemin à faire parce que on n’est que à 4 K, mais après ça, quel est l’intérêt ? On sait qu’on vend du rêve, on sait qu’on interprète la réalité différemment, mais on offre une qualité de cette réalité qui est assez dingue aujourd’hui. Je pense que la course va s’arrêter au bout d’un moment parce que c’est le consommateur qui va dicter sa loi et qu’il va dire ‘Bon, là je n’en peux plus, là’”.

Parmi les nombreuses sociétés de production présentes au Mipcom, l’italienne Blue Box qui veut donner aux jeunes auteurs l’opportunité de s’affronter à de nouvelles idées pour le petit écran. Elle veut aussi vendre à l‘étranger des programmes qui ont bien fonctionné en Italie. Explication par Paolo Bonolis présentateur vedette en Italie :
“Plus que la culture d’un peuple, il est toujours très intéressant de considérer la cutlure d’une personne, d’un créatif. Chaque personne peut raconter son monde intérieur si elle en a la force, la volonté et la capacité de la faire ressortir et de la transformer en un show télévisé. Blue Box c’est exactement ça : c’est essayer de connecter tout ce monde, toutes ces personnes qui ont ce type d’ambition et de force pour faire sortir d’eux une idée et pour la transformer en un travail”.

Pour cette édition le pays invité c’est l’Argentine, soit un des marchés émergeants les plus intéressants dans la production télévisuelle. Le public pour ces productions est en pleine croissance, y compris dans des pays qui ne sont pas hispanophones.

Le choix de la rédaction

Prochain article

le mag

Le MipCom bat son plein à Cannes avec toujours plus de stars