DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

50 photos pour les 50 ans de la mort d'Edith Piaf


le mag

50 photos pour les 50 ans de la mort d'Edith Piaf

En partenariat avec

Hugues Vassal a 80 ans mais il poursuit inlassablement sa route pour rendre hommage à Edith Piaf. A l’occasion du 50ème anniversaire de la mort de la chanteuse, le photographe français présente une exposition à Tours, dans le centre-ouest de la France. Cinquante photos sont exposées, cinquante moments forts des six dernières années d’Edith Piaf. La star en avait fait son photographe attitré, alors qu’il n‘était qu’un stagiaire au journal France Dimanche. Hugues Vassal a assisté à des moments clés de création au domicile d’Edith Piaf à Paris. “On se retrouve en 1960, commente-t-il en montrant une de ses photographies.Elle va préparer un nouvel Olympia. Elle est en train de répéter Milord. On voit Georges Moustaki qui est au piano. Elle chante Milord. Les répétitions duraient, duraient jusqu‘à minuit, deux heures du matin…”

L’icône de la chanson française était aussi connue pour son talent de séduction. Tout au long de sa vie, Edith Piaf a collectionné les amants, souvent des auteurs-compositeurs ou des chanteurs. “A l‘époque de Félix Marten, raconte Hugues Vassal, j’ai vu un jour Edith tricoter. Elle me dit, je tricote pour Félix. Un autre jour, j’ai revu de nouveau Edith tricoter. Elle m’a dit , je tricote pour Georges Moustaki. Plus tard, elle a tricoté pour Charles Dumont. Je n’ai jamais vu un pull-over terminé car elle n’avait pas le temps de terminer qu’elle avait changé d’homme !” A la fin de sa vie, Edith Piaf a surpris tout le monde en épousant un jeune Grec de vingt ans de moins qu’elle, Théo Sarapo. “Cette photo pour moi est une photo émouvante parce qu’Edith va disparaître dans six mois à peu près, dit Hugues Vassal. Elle vient de terminer une tournée, et elle est en train de s‘éteindre comme une chandelle. Quand elle se promenait dans le parc, elle s’est retournée vers moi, et elle me dit adieu”.

C’est la voix impressionnante de “La Môme Piaf” qui l’a sauvée de la misère. Engagée à 20 ans dans un cabaret parisien, elle a ensuite volé de succès en succès jusqu‘à l’Olympia. Alors, quand son directeur, Bruno Coquatrix, est venu lui demander de l’aide, elle était là.
“Edith, Edith, supplie Bruno Coquatrix, aide moi, je vais être obligé de fermer l’Olympia, les banques ne me suivent plus, je suis ruiné. Edith le regarde et laisse un certain suspense, et puis elle lui dit avec un petit sourire : viens, viens, il est sauvé ton Olympia ! Elle lui interprète Non, je ne regrette rien. Elle chantera la chanson pendant trois mois d’affilée gratuitement, et l’Olympia a été sauvé”. En retour, la scène a souvent sauvé Edith Piaf de la dépression après la mort de sa petite fille, la mort de l’homme de sa vie, le boxeur Marcel Cerdan. Après de graves problèmes de santé pendant les dernières années, la chanteuse est morte le 10 octobre 1963. Le 14 octobre, deux millions de Français assistaient à ses funérailles à Paris. “Il y avait une foule extraordinaire, raconte Hugues Vassal. Arrivé au cimetière, accompagné par l‘équipe qui suivait la patronne, la maman, l‘âme de notre vie à tous – chacun avait un petit secret avec Piaf – j’ai dit à Jean Noli, un ami journaliste, regarde, elle a encore fait un triomphe !” Hugues Vassal a pris 10.000 photos d’Edith Piaf, puis il a sillonné le monde comme reporter-photographe et fondé l’agence Gamma avec Raymond Depardon. Lui non plus ne regrette rien !

Le choix de la rédaction

Prochain article

le mag

L'Inde brille de mille feux au festival belge Europalia