DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grèce : les laissés pour compte du mont Filopappou

Vous lisez:

Grèce : les laissés pour compte du mont Filopappou

Taille du texte Aa Aa

Le Mont Filopappou, face à l’Acropole : dans une grotte de cette colline aurait été emprisonné Socrate. Aujourdh’ui, à ce même endroit, d’autres grottes servent d’abris de fortune aux plus démunis d’Athènes.

Georgia Maϊmanoglo a 66 ans, elle s’y est installée avec son compagnon il y a cinq ans, après avoir perdu son travail de femme de ménage. Elle y entasse sa vie, en attendant de jours meilleurs : “Si je trouve un travail, je partirai d’ici, j’aurai une maison ou je pourrai vivre comme un être humain. Je ne veux un palais, juste une chambre. Aujourd’hui, je suis allée au marché, et j’ai pu trouver de la nourriture dans des poubelles. Je ne suis ni la première ni la dernière à vivre comme ça. De nombreuses familles sont comme moi”.

Un lieu chargé d’histoire, ou viennent trouver refuge les nouveaux pauvres d’un pays rongé par cinq de récession et un taux de chômage record, qui avoisine les 28 pourcent.

Mattheos Monselas, 58 ans, ancien repris de justice a été libéré il y a plusieurs années. Impossible pour lui de se réinsérer. Il vit ici aussi L’hiver dernier il l’a quittée à cause des rats, et vit dans une tente à quelques mètres de là :

“Dans la grotte, vous êtes à l’abri contre le froid et i ça vaut mieux que de vivre sur un banc dans la rue…”

Il y aurait aujourd’hui quelque 22 000 sans abris, selon les ONG. Un tiers de plus qu’en 2009. De plus en plus de familles, de jeunes – la moitié des chômeurs- et de retraités, que les mesures d’austérité rendent précaires et incapables de payer un loyer.

“Assainir les finances publiques par des réductions drastiques des dépenses, c’est la priorité du gouvernement grec cette année explique notre correspondant à Athènes Michalis Arampatzoglou. Mais les grecs le paient au prix fort. Les sans-abri installés dans l’ombre de l’Acropole veulent retrouver un emploi, et ils le répétent, leur droit à vivre dans la dignité” .