DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

France : le Conseil constitutionnel confirme l'interdiction de la fracturation hydraulique

Vous lisez:

France : le Conseil constitutionnel confirme l'interdiction de la fracturation hydraulique

Taille du texte Aa Aa

La fracturation hydraulique reste interdite en France.

Le Conseil constitutionnel a adressé ce vendredi une fin de non-recevoir aux industriels intéressés par le gaz de schiste dans l’Hexagone.

Un véritable soulagement pour le gouvernement de Jean-Marc Ayrault qui voit ainsi la loi votée en 2011 désormais juridiquement inattaquable.

Philippe Pascot de la coalition contre le gaz de schiste :
“Il faut que l’on reste tous vigilants, c’est à dire l’ensemble des Francais, l’ensemble des collectifs, il ne faut pas baisser les bras parce que les lobbys pétroliers, les petro-gaziers, ce sont des gens qui sont têtus.”

Peu de pays, pour l’instant en Europe, se sont lancés dans l’exploitation du gaz de schiste. Certains pays comme la Grande Bretagne explorent la question mais ne l’interdisent pas. L’Allemagne réfléchit à la question mais n’a pas imposé d’interdiction. Des pays comme l’Espagne et la Roumanie n’interdisent pas la fracturation hydraulique mais ne l’exploitent pas non plus. La semaine dernière, le Parlement européen attendait des études environnementales plus complètes pour prendre une décision à son niveau.

La fracturation hydraulique consiste à créer des fissures dans les roches riches en hydrocarbures en injectant, à haute pression, un mélange d’eau, de sable et d’adjuvants chimiques. Les écologistes dénoncent son impact négatif sur l’environnement, ainsi que les risques de pollution et d’activité sismique.