DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Documentaire : L'Histoire secrète de la fin de l'apartheid


Culture

Documentaire : L'Histoire secrète de la fin de l'apartheid

Deux jours après sa sortie de prison Nelson Mandela proclamait la naissance d’une nouvelle Afrique du Sud. Parmi les milliers de personnes présentes dans le stade de Soweto un homme dont les activités secrètes depuis le début des années 80 avait rendu ce jour possible.
Il s’agit de Jean-Yves Ollivier, un Français à la fois homme d’affaires et diplomate de l’ombre. Nous l’avons rencontré près de New York, à l’occasion du festival du film des Hamptons où était projeté le documentaire “Plot for peace” :

Jean-Yves Ollivier : « Bien sûr, pour moi, c’était un moment extraordinaire, de voir apparaître la figure iconique de Mandela, traîné par sa femme, que je connaissais très bien, Winnie Mandela, et le discours qu’il a prononcé était à la hauteur de ce que j’espérais, mais surtout m’a rempli le sentiment que, finalement, j’avais raison de me battre pour que cet homme sorte de prison.

Jean-Yves Ollivier a construit sa réputation à l’occasion d’un complexe échange de prisonniers qu’il a monté entre pas moins de six pays (l’Afrique du Sud, l’Angola, Cuba, le Congo Brazzaville, le Mozambique et les Etats-Unis). Nous sommes dans les années 80 et l’Afrique australe croule sous les guerres larvées et l’apartheid. En fin de compte les Cubains se sont retirés d’Angola, l’Afrique du Sud de la Namibie, et cette même Afrique du Sud, dirigée par Frederik de Klerk, rendait sa liberté à Nelson Mandela et entamait la fin de l’apartheid.

Jean-Yves Ollivier : « Je me rends compte que si on n’essaye pas de concilier les deux parties (blancs et noirs), ça sera un bain de sang. Il est clair pour moi que la communauté noire va l’emporter…, la loi du nombre, la justice de leur cause… Mais je ne voulais pas que cette victoire qu’ils allaient remporter, à ce coup sure, soit la mort d’une communauté. »

Au travers de ce film avec la narration de Jean-Yves Ollivier sur ces événements de 1988, les réalisateurs Carlos Agullo et Mandy Jacobson reviennent sur les coulisses de la libération de Nelson Mandela.

Jean-Yves Ollivier : « Mandela est une nécessité pour l’humanité. C’est la première fois dans l’histoire de l’humanité que tous les hommes, toutes les institutions, tous les corporatismes, toutes les associations, tous les individus en trouvé une cause commune. A l’exception de quelques blancs en Afrique du Sud, Mandela est la première fois dans l’humanité ou l’unanimité s’est faite autour d’un homme. Je n’ai qu’un regret que ce film n’ait pas été fait peut-être deux ans plus tot. Je pense que s’il avait été fait deux ans plus tot, nous aurions eu Mandela. J’ai l’intime conviction que Mandela aurait accepté de participer à ce film. »

“Plot for Peace” sortira en France le 20 novembre.

Le choix de la rédaction

Prochain article
Le cinéma grec ne connaît pas la crise

Culture

Le cinéma grec ne connaît pas la crise