DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Lyon : l'hommage de Tarantino et du public à "Bébel"

Vous lisez:

Lyon : l'hommage de Tarantino et du public à "Bébel"

Taille du texte Aa Aa

Beaucoup de monde dès l’ouverture du Festival Lumière à Lyon, cinquième du nom.
Un festival très populaire -plus de 60 000 billets vendus avant même l’ouverture du festival. Et une ouverture en fanfare, avec Quentin Tarantino qui recevra en fin de festival le Prix Lumière, remis chaque année désormais à un grand nom du cinéma.

Dans l’immense Halle Tony Garnier, c’est Jean-Paul Belmondo qui était à l’honneur pour cette ouverture. Quentin himself a tenu à parler de la star française et de son film préféré : “Il est excellent, j’ai du mal à croire que je vais le rencontrer. Mon coeur bat fort. Mon film préféré de lui c’est Le Doulos de Jean-Pierre Melville”.

Belmondo, l’une des plus grandes stars françaises, 60 ans de carrière, des centaines de millions de spectateurs à travers le monde…

L’acteur était là, à plus de 80 ans, entouré de tous ses amis et des invités venus du monde entier au Festival Lumière dont Claudia Cardinale : “Je suis très heureuse d‘être là pour Jean-Paul bien sûr. On a tourné trois films ensemble, le premier était La Viaccia de Mauro Bolognini quand on était tout jeune, et moi je faisais une pute en plus dans le film !”

Claude Lelouch : “Un hommage à Jean-Paul… moi, je suis client évidemment. J’ai tourné 3 films avec lui, je pense que c’est vraiment l’acteur français de l’après-guerre qui a remplacé Gabin”.

Bertrand Tavernier : “Y’a pas de jeune cinéma, de vieux cinéma, cinéma moderne, cinéma classique, il y a simplement 2 types de films : les films qui sont bons, qui peuvent être modernes, classiques, jeunes, vieux, etc…. et les films qui commencent à 8h et quand c’est minuit, vous regardez votre montre et vous vous apercevez qu’il est 8h15 !”

Un festival pas comme les autres qui se propose de revisiter l’histoire du cinéma et ses grands classiques comme ses films oubliés.
Cette année, des hommages à Belmondo, mais aussi à Henri Verneuil, Ingmar Bergman, au film noir américain… bref, plus de 130 films et plus de 250 séances réparties sur les salles du Grand Lyon.

Le festival du film lumière est dirigé par Thierry Frémaux : “Tarantino nous a fait la surprise d‘être là, enfin il a fait la surprise au public d‘être là, je savais qu’il souhaitait être là pour l’hommage à Belmondo. Traditionnellement celui qui reçoit le Prix Lumière arrive au moment où il le reçoit, c’est-à-dire dans la deuxième partie du festival… mais dès que je lui ai dit il y a quelques mois que Jean-Paul Belmondo serait là pour l’ouverture, il m’a dit, “Je veux être là aussi”.

En présence de tous les invités du Festival (une cinquantaine d’acteurs, réalisateurs, Daniel Auteuil, Pierre Richard, Christopher Waltz, etc.), le festival a été déclaré ouvert devant 5000 personnes.
Un festival sans compétition donc, mais qui invite les spectateurs à revisiter l’histoire récente ou plus ancienne du cinéma, de tous les cinémas, du plus intimiste au plus populaire…

Et comme chaque année le sommet du Festival sera la remise du Prix Lumière, Quentin Tarantino qui viendra en personne recevoir son prix, après Milos Forman, Ken Loach, Gérard Depardieu et Clint Eastwood…