DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Londres : visite de la Frieze Art

Vous lisez:

Londres : visite de la Frieze Art

Taille du texte Aa Aa

C’est la saison des foires d’art contemporain, juste avant la Fiac à Paris voici la Frieze art londonienne avec ses grosses pointures comme Jeff Koons amené là par la galerie Gagosian et des factures qui pourraient s‘élever entre 30 et 50 millions d’euros.

Innovation cette année avec un intérêt tout particulier accordé à l’art contemporain africain et des artistes comme Kudzanai Chiurai, Willem Boshoff, Meschac Gaba ou encore William Kentridge.

Matthew Slotover directeur de la Frieze : “Le marché et les médias sont en train de développer un intérêt pour l’Afrique, les artistes étaient déjà là mais les gens commencent à regarder dans le monde entier, en Amérique du Sud, au Proche Orient, en Asie. L’Afrique est le dernier continent qui était relativement peu découvert”.

Voici une installation de Lili Reynaud-Dewar aussi présente à la biennale de Lyon.

L’Américain Ken Okiishi a créé un projet autour du thème de la foire sur le jeu et la gouvernance avec ce paintball devenu très concept.

Ken Okiishi : “C‘était une façon de fabriquer une chambre de compression sur la façon dont la foire est vue et sur les différentes choses qui peuvent se produire ici. Et aussi sur le fait que tout est fait en temps réel donc on entre sur tout les processus de fabrication et on voit comment ça fonctionne”.

Il y a deux ans ses tableaux valaient 3000 dollars. Désormais la cote d’Oscar Murillo se situe autour des 150 000 euros.

Commentaires par Ossian Ward de la Lisson Gallery : “C’est une des étoiles montantes dans le monde de l’art il vient juste de sortir de l’obscurité mais le fait d‘être passé par une très bonne jeune galerie l’a propulsé vers de plus grandes galeries. Et les prix ont monté, il est exposé dans une galerie du sud de Londres il suscite en ce moment beaucoup d’intérêt”.

Cent cinquante galeries participent à la Frieze Art de Londres qui se déroule jusqu’au 20 octobre.