DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Sly et Schwarzee ne sont (presque) plus en compétition


cinema

Sly et Schwarzee ne sont (presque) plus en compétition

En partenariat avec

Ray Breslin est un ingénieur spécialisé dans la conception de prisons ultrasécurisées. Il teste lui-même l’efficacité de ses bâtiments en se faisant enfermer puis en s’évadant. Contacté par une société privée souhaitant tester un concept révolutionnaire de prison hi-tech, il se retrouve prisonnier.

Piégé dans ce complexe ultra-moderne, harcelé par un directeur impitoyable et son gardien corrompu, Ray découvre une conspiration pour le faire disparaître à jamais.

Il fallait au moins tout cela pour réunir encore à l‘écran Silvester Stallone et Arnold Schwarzenegger dans le fillm Evasion.

Arnold Schwarzenegger : “Le fait de travailler avec Sly a été une grande motivation parce que je voulais faire un film depuis longtemps. C‘était un grand film d’action avec de belles scènes et ça m’a donné la possibilité de jouer et de faire des choses que je n’avais jamais fait avant d’une façon dramatique”.

Sylvester Stallone : “Ce n’est pas un film où on dit regardez nous on est plus important que le film. On est juste deux rats pris dans un filet et on a besoin l’un de l’autre même si on se déteste. C’est un peu comme dans la vie. Il veut voler la vedette, je veux voler la vedette. Nous voulons jouer le mieux possible. Et tout devient aussi authentique que possible”.

Arnold Schwarzenegger : “Il a tout a fait raison, parce que nous nous sommes vraiment poussés. Et je pense que c’est le parfait exemple d’une saine compétition. C’est le public, les fans qui en profitent. Il essayait de jouer mieux que moi comme je l’ai déjà dit et je faisais la même chose. Et pendant des décennies ça a été comme ça, qui a le meilleur corps, le moins de graisse, qui tue le plus de monde, les plus grosses mitraillettes, les hélicoptères les plus rapides. C‘était toujours une compétition et cela vous fait mieux jouer”.

Il faudra attendre le 13 novembre pour voir ce film d’action réalisé par Mikael Håfström sur les écrans français.

Le choix de la rédaction

Prochain article

cinema

Lyon : l'hommage de Tarantino et du public à "Bébel"