DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Mariage gay en France: la loi de la République l'emporte sur la conscience des élus

Vous lisez:

Mariage gay en France: la loi de la République l'emporte sur la conscience des élus

Taille du texte Aa Aa

En France, le conseil constitutionnel a décidé que les maires ne pouvaient pas invoquer une “clause de conscience” pour justifier leur refus de célébrer les mariages homosexuels.
Conséquence : tous les élus seront donc tenus d’unir les couples de même sexe qui voudraient se marier.

Cette décision a suscité la colère des maires opposés au mariage pour tous, rassemblés dans le collectif des “maires pour l’enfance”. Franck Meyer est le porte-parole de ce collectif. “D’un côté, dit-il, on nous rappelle la liberté de conscience que garantit notre constitution, et par ailleurs, on nous dit : ‘Ben voilà, la loi doit être appliquée, et c’est à vous de l’appliquer car vous êtes agents de l’Etat’. On est ‘agent’ de l’Etat, mais on n’est pas ‘fonctionnaire’ de l’Etat. Nous sommes des élus locaux. C’est-à-dire que nous avons été élus sur des convictions”.

Le conseil constitutionnel a néanmoins rappelé que les maires, quand ils célèbrent des mariages, sont des officiers d‘état-civil, des représentants de l’Etat.

Mais les opposants au Mariage gay, rassemblés dans le collectif “La Manif pour tous”, n’entendent pas désarmer. Ils parlent d’un recul des droits de l’homme. Ils comptent saisir la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH).

“C’est un combat de trop que mène la ‘Manif pour tous’, déplore Mathieu Nogent, porte-parole de la Fédération des Associations & Centres LGBT – Lesbiennes, Gays, Bi et Trans en France. Il faut maintenant qu’ils (les opposants à la loi sur le mariage pour tous) reviennent à la raison et qu’ils acceptent le fait que la loi de la République est ce qu’elle est, et que les couples homosexuels peuvent se marier maintenant.”

L’adoption de la loi autorisant le mariage homosexuel a suscité de vives tensions, qui se sont traduites notamment par de nombreuses manifestations de partisans et d’opposants. Ces derniers envisagent d’ailleurs de nouveaux rassemblements.