DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ecoutes de la NSA : Paris convoque l'ambassadeur des Etats-Unis


France

Ecoutes de la NSA : Paris convoque l'ambassadeur des Etats-Unis

La France a convoqué lundi l’ambassadeur des Etats-Unis à Paris à la suite de nouvelles révélations sur l’ampleur de l’espionnage mené par l’Agence de sécurité nationale américaine (NSA) dans l’Hexagone.

Ces informations publiées par Le Monde, selon lesquelles la NSA aurait collecté des millions de données téléphoniques en France, coïncident avec l’arrivée à Paris du secrétaire d’Etat John Kerry, qui entame une tournée en Europe consacrée à la Syrie. “J’ai immédiatement convoqué l’ambassadeur américain et il sera reçu ce matin même au Quai d’Orsay”, a déclaré Laurent Fabius à Luxembourg où il participe à une réunion des ministres européens des Affaires étrangères.

Le dossier est suivi à la présidence et Laurent Fabius s’en est entretenu avec François Hollande dans le train qui l’emmenait à Luxembourg, indique-t-on à l’Elysée. Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a pour sa part jugé ces nouvelles révélations “choquantes”. “Si un pays ami, si un pays allié, espionne la France ou espionne d’autres pays européens c’est totalement inacceptable”, a-t-il déclaré sur Europe 1.

L’ambassadeur des Etats-Unis, Charles Rivkin, n’a pas souhaité commenter dans l’immédiat la nouvelle de sa convocation, préférant insister sur l‘étroitesse des liens franco-américains. “Cette relation au niveau militaire, du renseignement, des forces spéciales (…) est la meilleure depuis une génération”, a-t-il dit à Reuters.

Selon les documents cités par le quotidien, soustraits par l’ex-consultant de la NSA Edward Snowden et transmis par le journaliste Glenn Greenwald, avec lequel Le Monde collabore, les cibles de l’agence américaine sont aussi bien des personnes soupçonnées de liens avec des activités terroristes qu’appartenant au monde des affaires, de la politique ou à l’administration française. “On constate que sur une période de trente jours, du 10 décembre 2012 au 8 janvier 2013, 70,3 millions d’enregistrements de données téléphoniques des Français ont été effectués par la NSA”, écrit notamment Le Monde.

Le parquet de Paris a ouvert en juillet une enquête préliminaire au sujet du programme international de surveillance américain Prism, à la suite d’une première vague de révélations, en juin, sur le programme d’espionnage des communications téléphoniques et internet par la NSA. “Nous avions déjà été alertés au mois de juin, nous avions réagi fortement mais visiblement il faut aller plus loin. Ce type de pratiques entre partenaires qui porte atteinte à la vie privée est totalement inacceptable et il faut s’assurer très rapidement qu’elles ne sont plus pratiquées”, a souligné Laurent Fabius.

Réactions de nos correspondants à Paris et Washington

Giovanni Magi, euronews:
“Les diplomaties française et américaine ont travaillé dur ces dernières années pour reconstruire une relation abîmée au moment de l’intervention militaire en Irak. Aujourd’hui, ces révélations sur les écoutes téléphoniques pourraient marquer un recul dans ce processus de rapprochement. Elles sont également une source d’embarras pour le secrétaire d’Etat américain John Kerry arrivé ce lundi à Paris. Mais pourquoi le ministre français des Affaires étrangères a-t-il attendu précisément aujourd’hui pour convoquer l’ambassadeur américain? La question se pose. Il se peut que les services secrets n’aient pas eu d’informations suffisantes sur l’ampleur des écoutes ou que le gouvernement ait voulu simplement
rendre l’affaire publique”.

Stefan Grobe, euronews:
“Ici, à Washington, les hauts fonctionnaires n’ont pas en encore réagi mais il est clair les dernières révélations sont embarrassantes pour l’administration, d’autant que les relations avec la France se sont améliorées au cours des dernières années. N’oublions pas que la France était le seul allié européen majeur prêt à soutenir l’action militaire américaine en Syrie il y a quelques semaines. Bien sûr, l’ironie reste que Barack Obama, qui a martelé son intention d’oeuvrer pour un gouvernement le plus transparent de l’histoire, se retrouve confronté à des opérations de sécurité politiquement, moralement et constitutionnellement douteuse. Mais il peut y voir une opportunité de transformer la NSA très bientôt, avec notamment le prochain départ à la retraite de son directeur Keith Alexander. Barack Obama pourrait nommer quelqu’un disposé à faire en sorte que les droits individuels soient mieux protégés. Il s’agit d’un point que des groupes privés ont déjà préconisé”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Pic de pollution dans une métropole chinoise