DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Riner : "J'ai encore très faim"

Vous lisez:

Riner : "J'ai encore très faim"

Taille du texte Aa Aa

A l’occasion du Sportel de Monaco, Euronews a rencontré le Français Teddy Riner, quelques mois après que ce dernier soit devenu cet été au Brésil le premier judoka sextuple champion du monde.

Slimane Yacini, Euronews : Quel est votre sentiment après être devenu le premier judoka messieurs toutes catégories confondues à devenir six fois champion du monde?

Teddy Riner: Cela fait plaisir, c’est flatteur. Derrière ces titres, il y a énormément de travail. Je remercie ma famille pour m’avoir poussé et m’avoir permis d’arriver là où je suis aujourd’hui. J’ai envie de passer le message suivant à la jeunesse : on n’arrive pas comme ça là où je suis. C’est grâce à mon travail, au fait de croire en moi, de ne rien lâcher, d’avoir une bonne hygiène de vie, de respecter mes adversaires et mon sport.

Euronews : Quel sentiment cela vous procure d’arriver sur un tatami et de savoir que vous êtes l’homme à battre?

Teddy Riner: C’est l’autre partie du travail où il faut se dire qu’il faut savoir se remettre en question. A chaque tournoi, je me répète que je vais aborder une nouvelle compétition dans laquelle je remets les compteurs à zéro et dans laquelle je ne suis plus le champion qui a gagné le précédent titre. Je dois me dire que je vais devoir faire la différence dans cette nouvelle compétition avec une technique qui ne sera pas celle qui a fait la différence la fois précédente. Je dois avoir la sagesse d’esprit de me poser cette question : que vais-je faire pour remporter une nouvelle médaille?

Euronews : Techniquement vous préférez les techniques des jambes plutot que celles des epaules, pour quelle raison?

Teddy Riner: Oui, la raison est toute simple : je suis tellement grand que je ne peux pas descendre sur mes jambes aussi rapidement que des légers ou des adversaires de petites tailles.

Euronews : N‘êtes-vous pas rassasié par tous ces titres?

Teddy Riner: Non, j’en veux plus, j’ai encore très faim. Je veux encore gagner davantage de médailles et marquer l’histoire de mon sport.

Euronews : Comment se passent vos études à Sciences-Po?

Teddy Riner : Très bien. J’ai repris les cours il y a deux semaines, je suis content d’avoir la chance d’aller dans une grande école comme celle-là afin de m’informer et de faire travailler ma matière grise.