DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Une ex-militante de l'ETA libérée après l'arrêt de la Cour des droits de l'homme


Espagne

Une ex-militante de l'ETA libérée après l'arrêt de la Cour des droits de l'homme

Il n’aura fallu attendre que quelques heures avant de voir les autorités espagnoles appliquer l’arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme de lundi. La militante de l’ETA Inès Rio Prada condamnée à plus de 3800 ans de prison et détenue dans une prison de La Corogne, dans le nord-ouest du pays, a été libérée ce mardi. Au passage du véhicule, quelques militants d’extrême droite ont protesté en scandant : “Nous n’oublions pas, nous ne pardonnons pas”.

Lundi, la Cour européenne des droits de l’homme a estimé qu’Inès Rio Prada avait passé trop de temps derrière les barreaux au regard de la loi espagnole.

“Ceci est la conséquence de l’arrêt de la Cour de Strasbourg, a déclaré le ministre espagnol de la justice Alberto Ruiz Gallardon. S’y plier aujourd’hui est très douloureux.”

La militante de l’ETA a été impliquée dans plusieurs attentats terroristes dans les années 80 dont celui sur la place de la République dominicaine à Madrid en juillet 1986 où douze personnes avaient été tuées.

Un autre militant de l’ETA, Antonio Troitino, détenu au Royaume-Uni a par ailleurs été placée en liberté conditionnelle ce mardi, en application de l’arrêt de la Cour de Strasbourg.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

La Hongrie célèbre le centenaire de Robert Capa