DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Extrême droite européenne : s'unir pour mieux diviser


monde

Extrême droite européenne : s'unir pour mieux diviser

Crise économique, immigration, chomage ont fait le lit depuis plusieurs années des politiques d’extrème droite en Europe. Des partis qui partout sur le continent ont le vent en poupe. Leurs scores au niveau national ne cessent de progresser alors que leur représentation dans les parlements, à commencer par le parlement européen, est plutôt faible. S’unir pour peser. C’est l’intention affichée des leaders du FN français, du FPO autrichien et du Vlaams Belang belge ce matin à Strasbourg. La perspective: une alliance des partis d’extrême droite aux prochaines élections européennes.

Pour la présidente du Front National, Marine Le Pen, qui réfutait il y a quelques jours l’appellation “d’extrême droite” pour son parti, le message est clair:

“Le message, c’est que le sens de l’histoire, c’est le retour des nations, le retour des patries. L’empire européen tel qu’il a été construit est un empire anti-démocratique et dont les résultats économiques et sociaux sont déplorables. Nos nations ont fait beaucoup mieux par le passé, elles sont capables de faire beaucoup mieux dans le futur y compris en travaillant main dans la main mais librement. En rendant à chaque peuple sa souveraineté, c’est à dire la liberté de maitriser son destin”

Multipliant les contacts ces derniers mois, L’alliance en partie voulue par Marine Le Pen ratisserait plus large, incluant notamment la Ligue du Nord italienne, les démocrates de Suède et le parti de la Liberté néerlandais.

Une alliance qui fait peur aux partis traditionels mais est elle seulement possible? ces partis ont certes une analyse commune des problématiques qui touchent les européens. L’immigration, et l’Europe sont désignés comme source de tous les maux. Ce sont des partis nationalistes qui mettent la défense de la nation au premier plan. Point commun autant que divergence. Car difficile de s’allier quand chacun défend ses propres intérêts,

Une chose est sûre, ces partis remportent des suffrages, de plus en plus. C’est indéniablement un point commun entre eux. Bien représentés dans leurs parlements respectifs, ils sont toutefois peu nombreux parmi les presque 800 députés européens.

Pour composer un groupe politique, il faut 25 députés élus dans au moins un quart des États membres de l’UE. Y parviendront ils? Mathématiquement c’est possible mais cet éventail de partis s’il a un socle idéologique commun reste profondément disparate.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Les fans de George répondent présent au baptême