DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"Le projet Sotchi" fait des étincelles en Russie


le mag

"Le projet Sotchi" fait des étincelles en Russie

En partenariat avec

Le centre Photodoc de Moscou présentait vendredi 18 octobre une exposition controversée « Le projet Sotchi » des Néerlandais Rob Honstra, photographe primé, et Arnold van Bruggen, cinéaste et écrivain.
Les deux artistes se sont vu refuser leur visa d’entrée sur le sol russe et n’ont pas pu assister au vernissage. D’autre part, c’est la galerie Winzavod qui devait au départ présenter cette exposition, mais elle l’a annulé une semaine avant son lancement.

Le conservateur du Centre Photodoc, Alexander Sorin, explique “qu’il y avait un immense espace à Winzavod qui était censé être réservé à cette exposition. Nous avons du remplacer l’exposition qui devait avoir lieu.”

Le problème vient du travail de Honstra et Van Bruggen. Ils sont allés régulièrement à Sotchi depuis 2009 pour immortaliser les changements subis par la ville à l’approche des Jeux Olympiques d’hiver 2014.
Le projet, qui combine textes, photos et vidéo, est une critique sans concession de l’impact de la compétition.

“Sotchi est comme une zone grise, un trou noir d’où il est difficile d’obtenir toute information. Il est clair que si les principaux témoins de ce qui se passe là bas sont deux Néerlandais, justement au moment où les relations entre Russes et Néerlandais sont particulièrement tendues cela va provoquer des réactions nerveuses du ministère russe des Affaires étrangères de Winzavod, et de partout,” explique le journaliste et commissaire de l’exposition Yuri Saprikyn.

Les tensions autour de l’exposition font suites a une série d’incidents diplomatiques entre les Pays-Bas et la Russie cette année.

Le choix de la rédaction

Prochain article

le mag

Koudelka, le photographe qui a mitraillé le printemps de Prague