DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le soleil du désert rafraîchit les intérieurs de Dubaï


monde

Le soleil du désert rafraîchit les intérieurs de Dubaï

Depuis quelques heures déjà, la climatisation des maisons, bureaux et autres complexes de Dubaï est partiellement alimentée par le soleil du désert. L‘énergie photovoltaïque fournit 13 mégawatts de puissance à la Dubaï Water and Electricity. Et cela n’est, semble-t-il, qu’un début. L‘émirat qui cherche à diversifier ses sources d‘énergie vient d’inaugurer la prochaine phase de son parc solaire, un méga-projet de 40km2 qui, à terme, devrait se targuer d’une capacité de 1.000 mégawatts (MW) pour un coût total de 12 milliards de dirhams, soit 2,37 mds d’euros.

Ce projet baptisé “Parc Mohamed Ben Rached Al-Maktoum pour l‘énergie solaire” du nom du souverain de l‘émirat du Golfe est unique en son genre dans la région, et notamment pour l‘émirat qui compte quelque 2 millions d’habitants. Il est basé à 30kms de la ville. Les technologies sont avant-gardiste. Plus de 152.000 cellules photoélectriques sont liées à 13 transformateurs et devraient fournir plus de 24 millions de kWh d‘électricité par an. De quoi réduire les émissions de CO2 de 15.000 tonnes par an. Soit l‘équivalent de 2000 voitures retirées du trafic chaque année. La volonté affichée est de réduire la dépendance énergétique de Dubaï vis-à-vis des combustibles fossiles, notamment le gaz.

L‘énergie solaire devrait couvrir 1% des besoins de l‘émirat en 2020, puis 5% à l’horizon 2030. Dubaï, dont les réserves de pétrole n’ont cessé de diminuer et dont l‘économie est basée sur le commerce, l’immobilier, le tourisme et les services, est un gros consommateur d‘électricité. En cause : les températures extrêmes qui forcent à une utilisation poussée de la climatisation de mai à octobre.

François Chignac

Prochain article

monde

USA : ce qu'on sait de la très secrète NSA