DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Marion Bartoli: son futur, ses ambitions


Sport

Marion Bartoli: son futur, ses ambitions

Six semaines après son sacre à Wimbledon, Marion Bartoli a annoncé qu’elle mettait un terme à sa carrière, le 14 août dernier, à seulement 28 ans.

Euronews a rencontré l’ex-numéro un tricolore pour en savoir plus quant à ses ambitions futures.

Slimane Yacini, euronews :
‘‘Bonjour Marion Bartoli, bienvenu sur euronews. Comment se passe votre vie après cette retraite?’‘

Marion Bartoli:
‘‘Tout se passe très bien merci. J’ai beaucoup d’activités, beaucoup de projets qui vont être annoncés bientôt. J’ai des journées très chargées et longues, mais je suis heureuse car je ne fais que des choses qui me passionnent donc pour l’instant j’ai vraiment une vie idéale. ‘’

Slimane Yacini, euronews :
‘‘Quel est votre sentiment après votre consécration formidable à Wimbledon?’‘

Marion Bartoli:
‘‘Un sentiment de fin de carrière exceptionnelle et d’avoir réalisé tout ce que je voulais réaliser. Depuis toute petite je rêvais d’avoir ce trophée dans les mains. Ce rêve est devenu réalité et cela a été un cadeau exceptionnel.’‘

Slimane Yacini, euronews :
‘‘Vous avez une manière très atypique de tenir votre raquette a deux mains, un peu comme Monica Seles à l‘époque…’‘

Marion Bartoli:
‘‘Pour moi il n’y a rien de plus ennuyant que d‘être exactement comme la personne d‘à côté donc c’est vrai que je jouais un petit peu différemment et que j’avais un style qui était le mien mais je crois que cela intéressait aussi les autres et vu le nombre de fans que j’avais à travers le monde, je crois que cela passionnait aussi pas mal de gens.’‘

Slimane Yacini, euronews :
‘‘On revient a votre retraite, c‘était principalement dû à des problèmes physiques?’‘

Marion Bartoli:
‘‘C‘était que ça oui. J’ai déjà beaucoup souffert depuis le début d’année et pendant Wimbledon, j’ai passé plus de temps avec mon kiné que sur le terrain. Mon corps n’arrivait plus à jouer plus de 45 minutes sans avoir mal et sans être vraiment gêné.’‘

Slimane Yacini, euronews :
‘‘Après avoir été entrainé par votre père, est-ce que ça aide ou c’est une pression en plus?’‘

Marion Bartoli:
‘‘Ni l’un ni l’autre. C‘était pour moi la meilleure personne pour m’amener à ce niveau. Après j’ai changé de structure pour gagner Wimbledon, mais mon papa était là en tant que papa simplement pour me soutenir dans les tribunes. Ca a été un moment exceptionnel de partager cela avec ma nouvelle structure, mais aussi avec mon père qui a probablement fait 95% du travail avec moi pour m’amener là.’‘

Slimane Yacini, euronews :
‘‘Quelles sont les joueuses que vous aimiez rencontrer?’‘

Marion Bartoli:
‘‘Toutes.. Bien sûr Serena, c‘était toujours très particulier parce que c‘était le défi ultime et j’ai eu la chance de jouer plusieurs générations de Lindsay Davenport, Jennifer Capriati à Serena (Williams), Amélie (Mauresmo), Justine (Henin) à Kim (Clijsters); des adversaires qui vous font élever votre niveau de jeu et que j’ai aussi eu la chance de battre.’‘

Slimane Yacini, euronews :
‘‘J’ai lu quelque part que vous vouliez devenir Ministre de la Jeunesse et des Sports. Est-ce vrai?’‘

Marion Bartoli:
‘‘C’est un des postes les plus important donc si jamais on m’offre cette possibilité, bien sûr que je la prendrais mais ce n’est pas un objectif que je me fixe tous les matins en me réveillant.’‘

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Sport

Ligue des Champions : Zéro pointé pour Marseille