DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Natalie Dessay tourne la page de l'opéra

Vous lisez:

Natalie Dessay tourne la page de l'opéra

Taille du texte Aa Aa

C‘était dans l’air depuis quelque temps. Natalie Dessay a annoncé sa décision de quitter le monde de l’opéra. La soprano française vient pourtant d’interpréter “Manon” de Massenet au Théâtre du Capitole à Toulouse dans le sud-ouest de la France où elle a une nouvelle fois, fait la preuve de son talent vibrant et sensible. Dans cet opéra, “ce que Laurent Pelly a voulu,” explique-t-elle, “c’est une Manon pleine de vie et d’envie, quelqu’un qui mange la vie par les deux bouts et c’est précisement pour cela qu’elle est intéressante pour ceux qui l’entourent,” ajoute-t-elle, “c’est quelqu’un qui veut tellement qu’elle en est séduisante par ce désir de vie.”

“J’espère qu’avec Laurent, on a réussi à créer le personnage qu’il avait en tête, à savoir ce petit animal qui se fait dévorer par les loups de la société bien-pensante,” confie la soprano. “Mais c’est un animal qui résiste, rue dans les brancards, ne se laisse pas faire, c’est un personnage qui pourrait être très antipathique : Manon n’a aucune morale, est extrêmement égoïste et piétine tout sur son passage,” poursuit Natalie Dessay. “Il n’y a que son désir qui compte, mais en même temps, elle est extrêmement attachante,” dit-elle, “parce que c’est cet appétit de vie qui fait qu’elle nous touche.”

La chanteuse souligne aussi l’importance de la mise-en-scène pour cette version de “Manon” comme dans l’opéra en général : “j’ai toujours dit que pour moi, l’opéra, c‘était d’abord du théâtre – ce qui peut choquer certains qui considèrent que c’est d’abord de la musique, c’est le fameux problème de “prima la musica, poi le parole” -,” rappelle-t-elle avant d’indiquer : “pour moi, c’est “prima le parole.” A l’opéra en tout cas, la musique, l’orchestre, les chanteurs, tout doit être au service de la mise-en-scène et du théâtre,” lance-t-elle.

Natalie Dessay revient sur ce chant d’adieu que pourrait représenter “Manon” dans sa carrière lyrique : “ce n’est pas moi qui quitte l’opéra, c’est l’opéra qui me quitte,” estime-t-elle, “dans le sens où mon répertoire est extrêmement restreint, j’ai fait un peu le tour de tout ce que je pouvais faire, j’arrive à un âge où je n’ai plus envie de jouer les toutes jeunes filles et où il n’y a pas de rôle pour moi aujourd’hui,” assure-t-elle avant de conclure : “si c’est pour refaire toujours la même chose en moins bien, je ne vois pas où est l’intérêt. C’est pour cela que j’ai plein d’autres projets,” ajoute-t-elle, “je veux notamment aller vers le théâtre – parlé – où je ne serai pas obligée de chanter – pour découvrir quelle artiste je suis quand je ne chante pas.”

Pour retrouver plus d’extraits de notre interview en français de la soprano Natalie Dessay, vous pouvez cliquer sur le lien suivant :
Interview bonus : Natalie Dessay

Natalie Dessay donne une série de récitals aux côtés de Michel Legrand dans un répertoire non-lyrique : les 27 et 28 octobre à l’Olympia à Paris, le 30 octobre au Silo à Marseille.
D’autres dates sont programmées dans les prochains mois en France, Autriche, Croatie, Suisse et Canada.