DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Affaire des écoutes: une crise durable selon la fondation Bertelsmann


Etats-Unis

Affaire des écoutes: une crise durable selon la fondation Bertelsmann

Ce n’est pas la première fois que l’on soupçonne les Etats-Unis d’espionner ses alliés, mais l’affaire du portable d’Angela Merkel a tiré la sonnette d’alarme pour Washington.

Les médias américains, peu tournés vers l‘étranger, se sont emparés de l’affaire. Au deuxième jour du scandale, la Maison Blanche a refusé de commenter ces accusations.

Mais Washington ne doit pas s’attendre à ce que cette affaire soit vite oubliée selon Annette Heuser, directrice de la fondation Bertelsmann:

“Le fait que la chancelière allemande avait manifestement assez de preuves pour ne pas hésiter à appeler le président américain pour se plaindre est très sérieux. C’est un scandale qui ne va disparaître du jour au lendemain et qui va continuer à ternir les relations transatlantiques pour un moment.” affirme-t-elle.

L’administration américaine pourrait bien devoir faire face à la colère d’autres chefs d’Etat et de gouvernement. Le Guardian a révélé ce jeudi un document confidentiel, laissant entendre qu’elle pouvait écouter les conversations de 35 chefs d’Etat en 2006.

“Dans une ville obsédée par la sécurité nationale et la crainte d’attaques terroristes, tout semble toléré, même entre amis. Le problème est que ce genre d’opération de renseignement pourrait gravement endommager la confiance entre les Etats-Unis et l’Allemagne, la France, le Brésil, le Mexique et peut-être d’autres.” suggère Stefan Grobe, notre correspondant à Washington.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

monde

Le Groënland se lance dans l'aventure minière