DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Tokyo et Séoul se chamaillent encore pour le contrôle des îles Dokdo-Takeshima


monde

Tokyo et Séoul se chamaillent encore pour le contrôle des îles Dokdo-Takeshima

Ce n’est pas la taille qui compte. Les îles Dokdo-Takeshima ont beau se résumer à deux îlots et une trentaine de rochers, elles continuent d’envenimer les relations entre le Japon et la Corée du Sud, qui en revendiquent chacun la souveraineté. Autant dire que les manoeuvres militaires sud-coréennes qui s’y sont déroulées ont fortement déplu à Tokyo. Un exercice “inacceptable et extrêmement regrettable” selon Yoshihide Suga, le secrétaire général du gouvernement japonais : “Nous maintenons que les îles Takeshima sont à la fois historiquement, actuellement et selon la loi internationale, un territoire japonais. C’est pour cette raison que nous protestons”, a-t-il ajouté.

Le discours est à peu près le même du côté de Séoul, qui maintient un petit détachement de garde-côtes sur l‘île depuis 1954. “Nous avons organisé ces exercices pour tenter d’empêcher l’extrême-droite japonaise de mettre le pied sur les îles”, a justifié Yong Sub, un porte-parole du ministère de la Défense.

La question de la souveraineté sur les îles Dokdo-Takeshima dure depuis des décennies, mais c’est depuis que le président sud-coréen s’est rendu sur place, en août 2012, que les tensions diplomatiques sont plus fortes.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Les lauréats des Prix Prince des Asturies honorés à Oviedo