DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'ambiguïté d'Islamabad sur les frappes de drones américaines


Etats-Unis

L'ambiguïté d'Islamabad sur les frappes de drones américaines

Le Pakistan ne veut plus voir de frappes de drones américaines sur son sol, il l’a rappelé hier par la voix de son ambassadeur à l’ONU.
Islambad doit d’ailleurs présenter une résolution ordonnant l’arrêt des attaques, ce qui autoriserait l’armée pakistanaise à abattre des drones.

Mais en coulisses, le Pakistan serait plus ambigu. Le “Washington Post” a révélé jeudi des documents secrets selon lesquels au moins 65 attaques de drones ont fait l’objet de discussions entre Washington et Islamabad.

Toutefois lorsque le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif rencontre Barack Obama, ce mercredi, il martèle haut et fort que les frappes américaines sont une “violation contre la souveraineté du pays”. Le président amércian n’a pas fait de comemntaires.

Dans le même temps, un rapport d’Amnesty international qualifiait d’“illégales” les frappes qui ont tué entre 2000 et 4700 personnes dont des centaines de civils depuis 2004.

A l’ONU le rapporteur spécial sur les droits de l’hommes, Ben Emmerson, a plaidé pour la transparence, exigeant que soient publiées des données sur le nombre de civils touchés par ces appareils.

Ces attaques sont symboliques pour les pakistanais, elles cristallisent la haine anti-américaine.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

monde

Les Géorgiens tournent la page Saakachvili