DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Snapchat, la nouvelle app à un milliard de dollars


monde

Snapchat, la nouvelle app à un milliard de dollars

En avril dernier, Mark Zuckenberg s’était offert Instagram pour la modique somme d’un milliard de dollars. Bis repetita ! Ce mois-ci, le créateur de Facebook a proposé la même somme aux dirigeants de Snapchat, un réseau social de partage de photos et de vidéos. Mais, les fondateurs de cette application ont décliné la proposition.

En rachetant Instagram, Facebook s’est approprié le concept de cette application : le partage immédiat des photos que les utilisateurs postent sur le compte. Mais pourquoi, alors tenter d’acheter Snapchat ? La grande différence entre les deux applications réside dans le caractère éphémère des contenus partagés. En effet, sur Snapchat, les contenus ne sont disponibles que quelques secondes, le temps de la consultation. C’est cette idée toute simple qui a fait le succès de Snapchat, disponible sur les plateformes Android et iOS.

Or, Facebook peine à conserver et à recruter des membres parmi les adolescents. Peu à peu, le réseau social emblématique est perçu comme « un truc de vieux » chez les plus jeunes. A l’opposée, Snapchat est extrêmement populaire chez les ‘ados’ américains, véritables étalons de notre culture occidentale.

Snapchat a été lancé en septembre 2011. Depuis quelques mois, les échanges de « snaps » explosent. Si en juin dernier, 200 millions de ces messages éphémères étaient envoyés quotidiennement, plus de 350 millions l’ont été en septembre 2013. Face à cette croissance, les dirigeants de la start-up ne rencontrent aucune difficulté pour lever des fonds. Déjà valorisée à plus de 800 millions de dollars il y a quatre mois, la société serait sur le point d’en lever des centaines de millions d’autres… La valorisation de l’entreprise atteindrait alors plus de trois milliards de dollars. Dans ce contexte, l’offre de Facebook apparaît effectivement ridicule.

Seule ombre au tableau, Snapchat ne rapporte rien. en effet, son modèle économique brille par son absence. Les sommes investies et la frénésie des opérations boursières actuelles ne risquent-elles pas de créer une « bulle Internet 2.0 » ?

Prochain article

monde

Les gays se sentiront "bien" aux JO de Sotchi, assure Poutine