DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

J-100 avant les Jeux Olympiques de Sotchi


Russie

J-100 avant les Jeux Olympiques de Sotchi

6000 athlètes de plus de 80 pays s’affronteront sur 98 épreuves à Sotchi dans exactement 100 jours. Le compte à rebours a commencé et la fièvre monte dans la station balnéaire entre la Mer noire et les montagnes du Caucase.

Sotchi est à 1400 km de Moscou mais c’est là que se joue la réputation de la Russie moderne. Le président Poutine veut en faire une vitrine et a mis les moyens: avec 36 milliards d’euros, ce seront les Jeux les plus plus chers de l’histoire. Et le CIO se dit tout à fait satisfait : “Notre conclusion est extrèmement claire: c’est impressionant indique le Français Jean-Claude Killy, président de la commission de coordination des JO-2014. Les hôtels, les infrastructures y compris le train que nous avons pris hier, sont quasiment prêts. Il reste simplement des détails à régler mais à quatre mois des JO c’est toujours comme ça, c’est-à-dire que Sotchi n’est en aucune manière en retard”.

Et pour en arriver là, il a fallu faire appel à une main d’oeuvre venue en partie de l’extérieur. 16.000 personnes employées par des entreprises de construction et beaucoup dans des conditions douteuses. Human Rights Watch et d’autres ONG dénoncent depuis le début des salaires non payés ou en retard, des conditions d’hébergement inhumaines.

Des travailleurs migrants venus de Républiques voisines, visés maintenant par des mesures d’expulsion. Une fois le travail fait, il faut nettoyer les rues de Sotchi et notamment des “non slaves”. 15 à 20 seraient expulsés chaque jour selon l’Ong Memorial: “Il me semble que les Jeux Olympiques essaient d’accomplir un objectif différent explique Semyon Simonov. Quoi qu’il en soit cet objectif n’a pas été défini, dans la préparation pour les Jeux, dans sa réalisation. Son humanisme est censé être l’idée fondatrice”.

A Sotchi l’humanisme passe après la sécurité. La région est proche du Caucase toujours instable, des extrémistes ont menacé de commettre des attentats durant les JO et les autorités ne peuvent se permettre de prendre ce risque là. 37 000 policiers et l’armée sont sur le pied de guerre.

Le récent attentat de Volgograd dans un bus est venu rappeler que la menace est réelle. Une kamikaze originaire du Daguestan s’est fait exploser, tuant 6 personnes. Les islamistes du Caucase ont appelé à tout faire pour empêcher Sotchi.

La sécurité est donc au coeur de l’arsenal déployé par les autorités russes. Les services secrets disposeront de systèmes sophistiqués pour surveiller la zone tout en affirmant que ces mesures resteront discrètes.

L’arrière de la vitrine est déjà ternie par plusieurs polémiques, l’arsenal sécuritaire – également décrié- est là pour empêcher qu’un drame ne vienne briser l’image de ces Jeux.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

La Turquie fête le 90ème anniversaire de la République