DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Environnement : l'hôtel "le plus vert d'Afrique"

Vous lisez:

Environnement : l'hôtel "le plus vert d'Afrique"

Taille du texte Aa Aa

Une centaine de forages souterrains pour réguler la température du bâtiment, ce n’est qu’un des nombreux concepts mis en oeuvre pour économiser de l‘énergie dans ce nouvel hôtel du Cap en Afrique du sud. L‘établissement, ouvert l‘été dernier et nommé Hotel Verde, se revendique justement comme le plus vert du continent. Il se situe à 400 mètres de l’aéroport et à environ 22 km du centre ville.

Parmi les technologies utilisées : des pompes à chaleur géothermiques. Comment fonctionne ce système de chauffage et de climatisation écologique, les explications de l’inégnieur Andre Harms : “l’eau circule dans des canalisations, et basiquement se met à la température du sol. En été, la demande de climatisation est très forte, on dispose d’un excès d’eau chaude. Alors imaginez qu’il fait 30 degrés dehors, ce qui est assez courant au Cap, et le sol est à une température constante de 19 degrés, donc on fait circuler l’eau chaude à travers le sol. En se débarrassant de l‘énergie dans le sol, l’eau remonte à la surface plus froide”.

Outre le système de chauffage, le souci d‘économie et de durabilité se retrouve dans la construction même du bâtiment. Ainsi lors de la pose des planchers de béton, des boules creuses en plastique recyclées ont été placés dans le ciment. Avantage : diminuer l’utilisation du béton, un matériau dont la production consomme beaucoup d‘énergie. Le tout en maintenant l’intégrité de la structure.

Autre technologie mise en oeuvre, le recyclage des eaux grises, autrement dit les eaux usées qui proviennent des douches et des bains. Afin de réduire la consommation générale d’eau de l’hôtel, ces eaux sont réutilisées notamment dans les chasses d’eau. L’eau de pluie et les eaux souterraines sont également recyclées, comme nous l’explique Andre Harms : “la nappe phréatique se situe quelque part ici à hauteur de ma taille, l’eau doit être évacuée d’ici. Et plûtot que de la rejeter dans les égoûts, nous la stockons dans un réservoir à partir duquel nous pouvons l’utiliser pour le lavage des voitures, l’arrosage et d’autres activités à l’extérieur “.

Sur la façade nord du bâtiment, des panneaux photovoltaïques sont positionnés de manière à fournir non seulement de l‘électricité mais aussi à créer de l’ombre pour les fenêtres les plus exposées au soleil. Les clients eux-même contribuent aux économies d‘énergie lorsqu’ils utilisent le gymnase. Les ascenseurs sont écoperformants, la consommation électrique est réduite de 20 à 35 %.

Côté cuisine, le restaurant de l’hôtel utilise l’aquaponie. Une méthode qui combine la culture de légumes et de fruits avec l‘élevage de poissons. Les déjections des poissons servent notamment d’engrais aux végétaux.
La sous-chef Yolande Burger, nous explique comment l’hôtel parvient à réduire au maximum son empreinte écologique. “Nous faisons pousser nos laitues et nos herbes aromatiques grâce à l’aquaponie”, dit-elle, “et nous commençons également à le faire pour nos légumes. Sinon, nos fournisseurs de légumes sont de petites exploitations situées dans un rayon de 160 kilomètres”.

Un hôtel champion de l‘écologie, de quoi attirer la clientèle et combiner économie d‘énergie et rentabilité économique.

Plus de hi-tech