DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grèce : le siège de la télévision publique évacué manu militari

Vous lisez:

Grèce : le siège de la télévision publique évacué manu militari

Taille du texte Aa Aa

En Grèce, la police anti-émeute est venue à l’aube porter le coup de grâce à ERT, la radio-télévision publique fermée en juin. Les journalistes licenciés qui occupaient le siège athénien de l’institution depuis ont été évacués manu militari. Quatre d’entre eux, dont deux syndicalistes ont été arrêtés pour résistance à la force publique. Ils ont été relâchés peu après.

Dès que la nouvelle de l’intervention policière s’est répandue, des manifestants se sont rassemblés devant le bâtiment d’ERT, alors que d’anciens salariés du groupe diffusaient les images des événements en direct sur internet depuis les locaux de Thessalonique. Dans un communiqué, les salariés évacués ont lancé un appel à la mobilisation.

Le gouvernement avait brutalement fermé la radio-télévision publique le 11 juin, au prétexte qu‘à raison de 300 millions d’euros par an, elle coûtait trop cher à la Grèce en crise. 2.600 personnes s‘étaient retrouvées au chômage du jour au lendemain. La fermeture d’ERT avait failli faire chuter le gouvernement Samaras, lâché par un des partis de sa coalition.

Le gouvernement veut remplacer ERT par Nerit, une télévision publique low cost dont les trois chaînes ne commenceront à émettre qu’en mars 2014.