DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Du sang artificiel à base de ver marin...


science

Du sang artificiel à base de ver marin...

En partenariat avec

Ce sang est du sang artificiel, directement issu d’une protéine l’hémérythrine que l’on trouve dans des vers marins. C’est l‘équipe du docteur Silaghi-Dumistrescu de l’université de Cluj qui travaille sur ce tissu de synthèse.

La solution contient aussi de l’eau, du sel et dans certains cas de l’albumine. Et si ce sang artificiel n’est pas rouge c’est qu’il ne contient pas d’hémoglobine.

Radu Silaghi-Dumistrescu : “Ce que nous avons ici n’est pas un substitut permanent au sang mais c’est quelque chose qui permet au corps humain de régénérer son propre approvisionnement en sang”.

Les tests en laboratoire ont prouvé que ce sang artificiel resiste aux stress mécaniques et chimiques. Des tests préliminaires des animaux ont tout autant été couronnés de succès.

Quand les tests sur les animaux se seront révélés être totalement inoffensifs alors les essais sur les humains pourront commencer.

Radu Silaghi-Dumistrescu : “Le caractère unique de ce sang vient de l’usage de la protéine extraite des vers marins. Elle est bien plus résistante aux facteurs de stress”.

Les utilisations de ce sang artificiel sont nombreuses, en chirurgie bien sûr mais aussi dans le cas d’accidents. Les chercheurs ont planché sur une version en poudre qui ne présenterait pas la nécessité d‘être stocké au frais.

Ce serait un grand pas dans l’utilisation de ce tissu vital. On pense notamment aux grandes catastrophes climatiques voire aux zones de guerre.

Prochain article

science

Quand les moustiques ne seront plus vecteurs de la dengue