DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'heure du gaz de schiste n'a pas encore sonné en Europe


Le bureau de Bruxelles

L'heure du gaz de schiste n'a pas encore sonné en Europe

La révolution du gaz de schiste à l’américaine, dans les conditions actuelles, n’est pas encore à l’ordre du jour en Europe. Mais le débat sur les avantages et les inconvénients se poursuit au niveau européen. Au menu des discussions :
rentabilité économique, acceptabilité sociale et impact environnemental. Fracturation hydraulique ou pollution atmosphérique, le choix semble difficile.

“Il y a ceux qui sont résolument opposés à l’utilisation des énergies fossiles en liason avec le taux de gaz carbonique dans l’atmosphère et le changement climatique souligne le chercheur Raymond Michels . Ensuite il y a ceux qui sont opposés au gaz de schiste parce qu’ils ont besoin d’une garantie au niveau des risques, que ce soit le risque sur l’eau potable ou le risque industriel en général autour de ce genre d’activité.”

Même si le Parlement européen a renforcé l’encadrement du gaz de schiste,
la fracturation hydraulique suscite toujours beaucoup d’inquiétude en raison des risques de pollution. Certains pensent néanmoins que c’est un mal nécessaire. C’est le cas de l’euro-député tchèque Jan Brezina : “Si nous voulons investir dans les énergies renouvelables, il est nécessaire de s’appuyer sur d’autres sources. Quoi qu’il en soit, le gaz de schiste vaut mieux que le charbon.”

D’ici la fin de l’année, Bruxelles veut présenter de nouvelles mesures pour mieux encadrer l’impact environnemental d’une éventuelle exploitation.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

UE : accord sur un budget 2014 d'austérité