DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Pierre Moscovici, le ministre français de l'Economie et des Finances sur Euronews


économie

Pierre Moscovici, le ministre français de l'Economie et des Finances sur Euronews

Selon les estimations de l’Organisation de coopération et de développement économiques, l’OCDE, le chômage touchait fin septembre 11,1% de la population active en France, alors qu‘à la fin du deuxième trimestre, l’INSEE l’avait mesuré à 10,9%.
Notre correspondant à Paris s’est entretenu avec le Ministre français de l’Economie et des Finances Pierre Moscovici, de l‘épineux sujet du chômage.

“Est-ce toujours réaliste de prévoir l’inversion de la courbe du chômage à la fin de cette année ?”

“Oui, répond Pierre Moscovici, parce que, vous savez, il faut toujours….D’abord les plans sociaux il faut les combattre. Tout plan social ne signifie pas que les emplois sont perdus. Heureusement il y a beaucoup d’emplois sauvés, il y a des entreprises qui trouvent des solutions, qui trouvent des repreneurs, et donc n’assimilons pas plan social à destruction totale d’emplois. Le gouvernement est combatif, le gouvernement est en bataille contre ces plans sociaux…”

Autre sujet d’actualité, la dégradation de la note de crédit de la France par l’agence de notation Standard & Poor’s. Pierre Moscovici n’est toujours pas d’accord avec la décision de l’agence, il l’a dit à notre correspondant à Paris Gianni Magi.

“Je trouve que Standard & Poor’s – c’est pour ça que j’ai dit que les critiques étaient excessives, et même inexactes – n’a pas tenu compte suffisamment de la force des réformes que nous impulsons et que désormais nous devons faire porter notre effort budgétaire essentiellement sur des économies de dépenses publiques”.

L’intégralité de cet entretien avec le ministre français de l’Economie et des Finances, c’est à retrouver vendredi prochain sur le site d’Euronews.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

Grande Bretagne : selon la BoE, le taux de chômage pourrait descendre à 7% en 2014