DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Au coeur des cartels de drogue

Vous lisez:

Au coeur des cartels de drogue

Taille du texte Aa Aa

Dans son film-documentaire, “Narco Cultura”, Shaul Schwarz filme la guerre de la drogue. Un monde à part qui a ses propres règles et qui a aussi donné vie à une forme particulière de chansons: les narcocorridos. Grand voyageur, l’israélien Shaul Shwartz a couvert de nombreux conflits à travers le monde. Mais cette fois-ci, avec les cartels et la mort présente à chaque coin de rue, le réalisateur a voulu filmer autre chose qu’une simple guerre des gangs.

“C‘était lors de mon séjour à Tijuana. Je filmais des scènes de meurtres, non loin de Riverside avant de tomber sur Edgar pour la première fois. Et là, je l’ai vu avec un pistolet dans la main, en train de marcher avec d’autres types qui chantaient ces chansons. Et je me suis dit qu’il y avait là quelque chose de très fort et j’ai compris que le film pourrait tourner autour de ça”, raconte le réalisateur.

Edgar Quintero, le principal protagoniste du film, est l’auteur de chansons pour différents parrains de la drogue. Il explique l’importance de la musique. “C’est un documentaire très fort. Il évoque la réalité de deux mondes. D’un côté, la musique, de l’autre, la violence. Et Shaul a réussi un tour de force en connectant les deux mondes.”

L’addiction à l’argent, à la drogue et à la violence. Autant d‘éléments explosifs qui sont vécus des deux côtés de la frontière américano-mexicaine. D’après les chiffres officiels, une personne meurt toutes les demies-heures à Juarez (Mexique) à cause du trafic de drogue. “On ne voulait pas des “blablateurs”, des “experts”, on voulait ressentir ce que les gens vivaient ici”, explique Shaul Schwarz.

Projeté dans plusieurs festivals à Sundance, à Berlin et à Saint- Sébastien notamment, le film a connu une sortie discrète aux Etats-Unis. Il devrait sortir en France dans le courant de l’année prochaine.