DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La France joue sa place au Brésil

Vous lisez:

La France joue sa place au Brésil

Taille du texte Aa Aa

Le Portugal – et la France se pose la même question – va-t-il participer à sa quatrième Coupe du monde d’affilée ? Pour la seleçao, réponse à l’issue du barrage contre la Suède avec match aller ce vendredi à Lisbonne au stade de la Luz et retour dans la banlieue de Stockholm quatre jours plus tard. Paulo Bento peut compter sur un effectif au complet avec en fers de lance l’attaquant du Real Madrid, Cristiano Ronaldo, et le défenseur, Pepe.

Pepe : “Je ne pense pas qu’il y ait de favoris. Les Suédois essaient de faire de nous les favoris mais ce ne sont pas comme ça que les choses se passent. J’estime que c’est du 50-50. Nous avons deux matches qui nous attendent et nous devons bien négocier ces deux matches pour nous qualifier.”

Du côté suédois, les espoirs reposent sur les larges épaules de Zlatan Ibrahimovic. Pour le reste, Erik Hamren fait confiance, sans exception, aux joueurs qui ont terminé les éliminatoires à la deuxième place du groupe C derrière l’Allemagne. La Suède, absente du Mondial-2010, avait davantage brillé lors des éditions précédentes en atteignant les huitièmes de finale en 2002 et en 2006.

Autre affiche, celle entre l’Ukraine et la France avec une première manche au stade olympique de Kiev. Les Ukrainiens sont des habitués des barrages, mais sans réussite jusqu‘à présent, puisqu’ils y ont toujours échoué, que ce soit en 1997, 2001 ou 2009. Recordman des sélections en équipe nationale, l’ancien joueur du Bayern Anatoly Timochtchouk n’est plus indiscutable mais son expérience est utile au sein d’un groupe très jeune.

On pourrait dire la même chose d’un Franck Ribéry qui reste sur quatre buts et quatre passes décisives lors de ses trois dernières rencontres avec les Bleus. Reste à savoir si Didier Deschamps optera pour le 4-2-3-1 qui a bien fonctionné contre l’Australie et la Finlande ou pour un 4-3-3 plus rassurant défensivement.

Ils n’ont jamais atteint une phase finale d’un Mondial mais ils rêvent du Brésil. Les Islandais, qui ne sont que 46èmes au classement de la FIFA, ont créé la surprise lors des qualifications en devançant des nations plus cotées comme la Slovénie ou la Norvège. Cette fois, ils vont devoir se défaire de la Croatie qui compte dans ses rangs des joueurs du calibre de Mario Mandzukic, l’avant-centre du Bayern Münich, et de Luka Modric, le milieu de terrain du Real Madrid. Autre handicap : le match retour aura lieu non pas dans le stade champêtre de Reykjavik mais à Zagreb dans une ambiance bien plus bouillante.

Le dernier duel entre équipes européennes mettra aux prises la Grèce, championne continentale en 2004, et la Roumanie. Pour le reste, le Mexique et l’Uruguay sont en ballottage très favorable après leurs succès 5-1 et 5-0 face à la Nouvelle-Zélande et en Jordanie.