DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La région sinistrée de Tacloban au bord de l'anarchie


Philippines

La région sinistrée de Tacloban au bord de l'anarchie

Des enterrements collectifs ont dû être reportés en raison de coups de feu. Les gens s’arment, les pillages et les violences se multiplient. Tous veulent survivre et c’est la peur qui s’installe aussi.

La désolation et la colère des survivants du typhon Haiyan font craindre le pire. La lenteur de l’aide ne fait qu’accentuer ce climat de tension post-catastrophe. L’ONU en a bien conscience et a demandé une accélération.

A l’aéroport de Tacloban, les milliers de déplacés viennent demander assistance et ils espèrent aussi être rapatriés pour fuir cette apocalypse. Un couvre-feu a même été instauré et 2000 soldats y sont déployés.

L’armée américaine a envoyé des moyens de secours supplémentaires. L’aide humanitaire internationale s’accroît d’heure en heure mais le problème vient de la logistique. Et sa distribution ne se fait qu’au compte gouttes.

La Croix Rouge locale est à pied d’oeuvre comme l’explique son directeur : “Nous avons maintenant une caravane qui a mis quatre jours à arriver. Ils seront là dans les prochaines heures. Nous avons de la nourriture pour 25 000 personnes qui doit aller à Tacloban mais elle a été arrêtée et elle a été distribuée en partie mais nous allons maintenant nous déplacer et élaborer une nouvelle stratégie”.

Autre problème de taille, le ravitaillement en essence. Il s’organise avec difficulté mais les autorités assurent que les routes principales sont désormais dégagées. Un contre la montre pour éviter un nouveau chaos.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Une petite Philippine retrouve le chemin de la vie