DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Philippines : "Vont-ils attendre qu'on meure avant de faire quelque chose?"


Philippines

Philippines : "Vont-ils attendre qu'on meure avant de faire quelque chose?"

Priorité aux blessés, aux malades et aux personnes âgées. Aux Philippines, les militaires américains ont bien du mal à faire respecter ces instructions. Bousculade sur le tarmac de l’aéroport de Tacloban. Tout le monde veut grimper dans un avion militaire et quitter la zone dévastée par le typhon il y a maintenant six jours.

L’aide internationale s’accélère mais malgré les nombreux dons et envois de matériel par les Etats et les organisations internationales, les rescapés manquent encore cruellement de vivres, d’abris et de médicaments.

“Nous n’avons rien reçu, pas même une goutte de porridge. Mes deux frères et sœurs pourraient mourir, mon frère aîné et mon neveu sont malades, je suis la seule à ne pas l‘être. Est-ce-qu’ils vont attendre qu’on tombent tous malades un par un et qu’on meurent avant de faire quelque chose?”, demande une jeune-fille.

La responsable des opérations humanitaires de l’ONU a plaidé ce jeudi pour l’accélération de l’aide aux rescapés. L’organisation estime que plus de 220 millions d’euros sont nécessaires pour répondre aux besoins élémentaires urgents, et on est encore loin du compte.

Au coeur des villages dévastés, la colère et la frustration ont engendré des scènes de pillages malgré la présence de soldats dans les rues. Les armes circulent avec une facilité déconcertante. Panique et peur font désormais parti du quotidien de Philippins déjà désespérés.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

"Silver Car Crash ", nouveau record pour un Warhol