DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Scandale des implants mammaires: l'allemand TUV dans l'oeil du cyclone


Allemagne

Scandale des implants mammaires: l'allemand TUV dans l'oeil du cyclone

Dans l’affaire des implants mammaires frauduleux PIP, le certificateur allemand TUV Rheinland est dans l’oeil du cyclone. Le tribunal de commerce de Toulon l’a jugé responsable de négligences ce jeudi dans le procès au civil. Le géant allemand a été condamné à réparer les préjudices causés aux distributeurs et aux porteuses d’implants mammaires PIP. La décision lui impose de provisionner 3.000 euros par victime, en attendant des expertises individuelles pour chacune d’elles. Pour ces victimes, c’est une victoire. TUV “a certifié des prothèses pendant 15 ans, certifié que ces prothèses ne compromettaient ni la santé ni la sécurité des patientes sans même avoir touché une seule prothèse, sans même avoir fait un contrôle approfondi, sans avoir fait un contrôle inopiné, en ayant sous-traité son travail par exemple à une entreprise qui n‘était pas habilitée à le faire”, a indiqué Laurent Gaudon, l’avocat de plusieurs porteuses de prothèses PIP.

Pour le certificateur allemand, partie civile dans le procès pénal à Marseille contre PIP, c’est un coup de massue. L’avocate de TUV Rheinland, Cécile Derycke, qui a annoncé son intention de faire appel, s’est dite choquée. “Ça va complètement à l’encontre des éléments du dossier, ça va à l’encontre des réquisitions du procureur de Toulon lui-même. Ça va à l’encontre de ce qu’a pu dire le parquet de Marseille qui, après une enquête de deux ans, a considéré que TUV Rheinland était victime de l’escroquerie de PIP. Je crois qu’aujourd’hui on cherche un solvable et moi ça me choque profondément.”

La société PIP a vendu 300 000 prothèses dans le monde. Cinq anciens cadres, dont le fondateur Jean-Claude Mas, ont comparu dans le procès pénal de Marseille pour tromperie aggravée du 17 avril au 14 mai. Ces cinq prévenus ne seraient pas solvables.
Quatre ans de prison ferme et 100000 euros d’amende ont été requis à l’encontre de Jean-Claude Mas qui avait reconnu avoir utilisé un gel non conforme pour les implants. Le jugement est attendu le 10 décembre.

Avec AFP et Reuters

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Allemagne: jeu d'équilibriste au congrès du SPD