DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ukraine : les jeunes, la politique, et l'Europe

Vous lisez:

Ukraine : les jeunes, la politique, et l'Europe

Taille du texte Aa Aa

Roman a 17 ans, il étudie la musique, et sa passion, c’est le jazz. Un jeune ukrainien comme tant d’autres. Ouvert, passionné de voyages, rêvant d’une carrière musicale à l‘étranger.

“Dans quinze ans, je me vois musicien, batteur de jazz et passer ma vie aux Etats-Unis” explique-t-il.

Roman ne sait pas vraiment ce qu’est l’accord d’association entre son pays et l’Union européenne: “Je ne pense pas beaucoup à la politique, ça ne m’intéresse pas. Cela ne veut pas dire que je suis indifférent à la situation de mon pays – c’est juste que je ne sais pas vraiment comment agir avec la politique”.

Cette distance vis à vis de la politique, c’est bien un trait commun des jeunes avec les adultes ukrainiens… A l’heure ou Kiev oscille entre les tentations d’un marché ouvert avec l’Union européenne et les appels du pied de l’allié historique russe, une majorité d’ukrainiens sont attirés par l’Europe, tout en ayant peur de l’avenir. Et beaucoup estiment ne pas peser sur les décisions politiques:

Iryna Bekeshkina, sociologue, Ilko Kucheriv Democratic Initiatives Foundation:
“Malheureusement, il n’y a pas que les jeunes Ukrainiens qui estiment ne pas être en mesure d’influencer la situation dans le pays, les sondages le disent : les gens pensent qu’il n’existe tout simplement pas d’autres moyens d’ influencer les décisions du gouvernement que par des élections. Les manifestations, les rassemblements sont généralement considérés comme souvent inefficaces. La majorité des jeunes Ukrainiens de moins de 30 ans sont pro-européens. Ils sont majoritaires dans l’Est, ils le sont tous à l’ouest. Les jeunes de l’Est et de l’Ouest sont plus proches les uns des autres que de personnes âgées de leur propre région.”

Pour Roman et ses amis, la musique donne le tempo de ce que doit devenir l’Ukraine. Le jeune garçon est né après l’explosion de l’Union soviétique, et la prise d’indépendance des Ukrainiens. Féru d’internet et de nouvelles technologies, son coeur, comme le jazz, bat naturellement du coté de l’Occident.

Le jeune homme incarne une génération qui espère que leur pays, à la croisée des chemins, poursuivra sa route vers la démocratie et la modernité.

Leonid Kravchuk : “le gouvernement n’a pas réussi à expliquer l’Europe”

Premier Président de l’Ukraine post-soviétique, Leonid Kravchuk a été à la tête du pays de décembre 1991, jusqu‘à sa démission en juillet 1994. Il est considéré comme un homme diplomate et prudent. Durant sa présidence, Kravchuk a établi et renforcé la souveraineté du pays et il a développé ses relations avec l’Occident.

Sergio Cantone, euronews:
M. le Président, ne craignez-vous pas que la signature de l’accord d’association ouvre la boîte de Pandore des divisions parmi les Ukrainiens?

Leonid Kravchuk:
Ne pas signer l’accord – si ne pas signer l’accord se produit, ce que je ne crois pas- peut aggraver la situation en Ukraine. Voire diviser le pays – même si à mon avis, il ne faut pas penser à une division, mais plutôt à une situation très instable, qui peut influencer les questions économiques et sociales et peser sur la future élection présidentielle.

euronews:
Selon les sondages, une majorité d’Ukrainiens soutiennent la signature d’un accord d’association avec l’UE, mais en même temps il y a aussi une forte minorité que cet accord effraie. Ces gens craignent aussi de couper les liens avec la Russie. Pensez-vous qu’ils craignent l’avenir dans l’UE parce qu’ils ne savent pas ce que l’UE représente ?

Leonid Kravchuk:
La société n’est pas si inquiète, mais elle considère la Russie comme un pays où les conditions de vie sont les mêmes que celles qu’ont vécu ces gens au temps de l’Union soviétique. La vie en Russie pour eux, c’est comme la vie dans l’ex-URSS, et ils connaissent cette vie. Alors que la vie en Europe, ils ne la connaissent pas. Ils savent que les enjeux du mode de vie européen sont importants : la compétitivité, la qualité des produits, la primauté du droit et l‘égalité de tous devant la loi.
Le gouvernement et l’opposition n’ont pas réussi à expliquer vraiment aux gens la façon dont nous allons vivre en Europe si nous entrons dans l’Union européenne. Quels objectifs seront fixés, ni si nous serons en mesure de les remplir. Il est nécessaire de dire aux gens la vérité.

2,54