DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le maire de Toronto reste mais il est privé de ses prérogatives

Vous lisez:

Le maire de Toronto reste mais il est privé de ses prérogatives

Taille du texte Aa Aa

Le conseil municipal d’hier soir a été très mouvementé, parsemé d’insultes et Rob Ford a fait tomber apparemment par accident une de ses collègues. Lui et son frère, Doug, également conseiller municipal étaient très tendus. Au final, les pouvoirs exécutifs ont été transférés au maire-adjoint, le premier magistrat ne pouvant être démis de ses fonctions selon le droit local.

Pour cet élu municipal, “la décision du conseil doit créer un précédent pour les prochains maires en cas de nouvelles affaires”.

Rob Ford qui est l’objet d’un vaste scandale depuis qu’il a reconnu avoir fumé du crack, acheté de la drogue et conduit en état d’ivresse dénonce un coup d’Etat. “Ce n’est rien de plus, ce n’est rien de plus qu’un coup d’Etat. Et si vous ne savez pas ce qu’est un coup d’Etat signifie, cela signifie que vous renversez un gouvernement et certaines personnes ont dit que c’est la démocratie. Ce qui s’est passé aujourd’hui, ce n’est pas la démocratie, c’est la dictature”.

En dépit de ce contexte très lourd, le premier ministre canadien, Stephen Harper, également conservateur, lui a renouvelé toute sa confiance. Un quart de ses concitoyens serait dans le même cas selon un sondage.

Mais les trois quarts restants exigent la démission de Rob Ford dont les frasques à répétition ont fait le tour du monde et nuit à l’image de Toronto, la capitale économique du Canada et 4ème ville d’Amérique du Nord.