DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Au bord du gouffre financier, Kiev cherche désespérement de l'argent


Ukraine

Au bord du gouffre financier, Kiev cherche désespérement de l'argent

L’Ukraine serait au bord du gouffre financier. Elle doit rapidement trouver de l’argent pour éviter de faire défaut. En effet, selon les analystes financiers, les réserves de change seraient inférieures à trois mois.
Le pays subi également une croissance négative, avec -0.5% de PIB estimé en 2013, et les perspectives pour 2014 ne sont guère meilleures.
Pour les agences de notation, l’Ukraine tourne en moyenne autour de B-, ce qui veut dire qu’elle ne peut pas vraiment émettre des titres pour se financer.

Francois Girod, BNP-Parisbas (Ukrsibbank)

“Ils ne pourront émettre des titres, que si il y a de bonnes nouvelles sur le front financier. Par exemple, si le FMI négocie un accord de refinancement avec Kiev, ou si l’accord d’association avec l’Europe était signé, ou encore si les Russes viennent au secours de l’Ukraine et déclarent publiquement qu’ils peuvent pourvoir une sorte de financement…, alors oui les Ukrainiens auraient accès au marché”.

1.52 Russian Banks in Kiev
La Russie peut aider Kiev à éviter le désastre. D’ailleurs pour cet analyste politique, Poutine a certainement fait à Ianoukovitch un offre qu’il ne pouvait refuser :

Mykhaylo Pogrebinsky, analyste politique, président du Centre d’enquête et de conflit politique de Kiev :

“Concernant la Russie, je suis presque sûr que les négociations entre Ianoukovitch et Poutine, entre autres choses, ont porté sur un prêt à un taux préférentiel de la Russie. Et je pense que le montant en question tourne autour de 15 milliards de dollars. Et cela concerne certainement aussi des prix plus bas pour le gaz, et le renouvellement de commandes auprès des entreprises ukrainiennes par des industriels russes.

Avec un gaz russe acheté moins cher, l’Ukraine pourrait alors se tourner vers le Fonds monétaire international afin d’obtenir un prêt. Le FMI avait demandé une augmentation du prix national du gaz, mais avec le deal russe nul besoin d’augmenter le fardeau des Ukrainiens.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

monde

Grande-Bretagne : esclaves pendant trente ans en plein centre de Londres