DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

J.F.Kennedy, le mythe


monde

J.F.Kennedy, le mythe

20 janvier 1961, John F. Kennedy prête serment avec cette fameuse phrase : “Ask not what your country can do for you. Ask what you can do for your country”.
Il est le plus jeune président élu des Etats-Unis. Premier président catholique, il incarne une ère pleine d’espoir pour la génération du baby-boom de l’après guerre.

J.F. Kennedy, c’est l’engagement d’envoyer l’homme sur la Lune avant la fin de la décennie. Tout de suite, il lance le programme Apollo, un pari réussi le 16 juillet 1969 avec le voyage d’Apollo 11.

De son bref mais intense mandat, l’Histoire a retenu le bras de fer avec l’URSS pendant la crise des missiles, qui avait tenu le monde en haleine, au bord d’une guerre nucléaire, et qui entraînera l’embargo américain sur l‘île de Cuba de Castro. John F. Kennedy est aussi le président de la Guerre froide. Son voyage à Berlin, divisé entre Est et Ouest, s’inscrit dans la mémoire mondiale avec cette autre phrase, qu’il prononce en allemand : “Ich bin ein Berliner”.

L’Amérique de Kennedy est aussi celle de la ségrégation raciale et de la lutte pour les droits civiques des noirs, de la marche sur Washington avec Martin Luther King qu’il reçoit à la Maison Blanche avec d’autres leaders des droits civiques.

Le mythe Kennedy, à jamais jeune, beau, n’aurait pas existé sans cette journée tragique du 22 novembre 1963 à Dallas. Accompagné de son épouse dans une limousine décapotable, la scène est brutale lorsqu’il est abattu d’une balle dans la tête. Les images, filmées par un amateur, feront le tour du monde entier. D’autres images, comme celle de son petit garçon saluant au passage du cercueil du président assassiné, restent gravées dans la mémoire collective.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Chine : 22 morts dans l'explosion d'un oléoduc