DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le talk-show ‘Entre Todos’ divise les Espagnols


monde

Le talk-show ‘Entre Todos’ divise les Espagnols

Une association de personnes handicapées espagnole a demandé le retrait d’une émission de la TVE, la télévision publique. Selon le Comité représentatif espagnol des personnes handicapées (CERMI – Comité Español de Representantes de Personas con Discapacidad) l’émission ‘Entre Todos’ (‘Entre tous’) perpétue l’image du handicap comme étant « nuisible et dommageable » à la société.

Ce talk-show se vante de venir en aide aux personnes les plus touchées par la crise. Il pourrait être comparé à un mélange de ‘Toute une histoire’ sur France 2 pour le côté témoignage de vie larmoyant et de ‘Tous ensemble’ sur TF1 pour l’aide aux personnes dans le besoin par des ‘gens de la France d’en bas’.

Le CERMI assure avoir reçu de nombreuses plaintes de spectateurs qui considèrent ‘Entre Todos’ comme « inadéquat ». L’émission véhiculerait des « stéréotypes des plus désuets qui lient le handicap avec les notions de charité et de bienfaisance » plutôt que de promouvoir une aide exigeante, respectueuse des personnes et des droits de l’homme.
Le fond est atteint, selon l’association, quand l’émission « traite des cas d’enfants handicapés dans le besoin, sans aucun respect de la loi de protection de la vie privée et de l’image des enfants mineurs, qui plus est en situation de handicap ».

L’association a donc porté plainte, s’appuyant sur l’obligation légale qui est faite à la TVE de donner dans ses programmes « une image des personnes handicapées juste, standard et respectueuse, de montrer leur inclusion dans la société, une société présentée dans toute sa diversité humaine et d’éviter les stéréotypes ou préjugés sociaux qui persistent. »

Cette plainte a été relayée par le PSOE, le parti socialiste espagnol, auprès de la chambre des députés afin qu’une loi soit votée pour forcer la TVE à prendre des mesures concrètes lorsqu’existe une « violation de la loi de protection juridique des mineurs ».

Le CERMI n’était pas la première association à pointer cette émission du doigt. Les travailleurs sociaux s’étaient offusqués, en octobre dernier, que la charité entre citoyens, à la sauce société du spectacle, prenne le pas sur le travail de l’Etat-providence.

Toñi Moreno, la présentatrice de ‘Entre Todos’, s’est défendue par retour de presse de vouloir faire du sensationnalisme : « je n’accepte pas que l’on répète partout que la dignité des personnes n’est pas respecter car ce n’est pas la vérité ». Interrogée sur le surnom d’‘émission des pauvres’, donné par des journaux français, dont Le Figaro, à son émission, la présentatrice se défend : « ce n’est pas l’émission des pauvres, c’est l’émission des gens qui veulent aider les autres. ». Pour elle il ne s’agit pas d’une émission de « charité » mais de « solidarité ».
Elle trouve « curieux et pénible » que le PSOE réclame le retrait de l’émission alors que le Partido Popular (PP, parti conservateur de droite) est au pouvoir : « la TVE n’est pas la télévision du PP, c’est la télévision de tous ».

Pourtant le format de l’émission, qui joue sur l’émotion, la compassion et le pathos, ne porte pas tant sur le positif des situations. Un jeune téléspectateur avait même interpellé Toñi Moreno en direct par téléphone : « vous jouez avec les sentiments des gens ».

Il faut dire que l’animatrice ne ménage pas ses efforts pour rendre les témoignages des personnes, principalement des victimes de la crise, au chômage, sans logement décent, le plus émouvant possible. Ils pleurent souvent et elle pleure souvent en retour. Avant de s’extasier dès le premier appel téléphonique d’un citoyen apitoyé prêt à aider son prochain. Cette aide entraîne alors de nouveaux pleurs et forces embrassades sous les applaudissements du public… La mise en scène est calibrée. Toñi Moreno a eu le temps de peaufiner la formule. Diffusée depuis la rentrée sur la télévision publique, ‘Entre Todos’ est une adaptation quasiment conforme de sa précédente émission, ‘Tiene Arreglo’ (‘Ça peut s’arranger’), diffusée pendant deux ans sur Canal Sur, télévision publique de la région andalouse.

L‘émission en vidéo

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Samsung condamné à verser 215 millions d'euros à Apple