DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Poutine accuse l'UE de "chantage" avec l'Ukraine


Le bureau de Bruxelles

Poutine accuse l'UE de "chantage" avec l'Ukraine

L’Union européenne ne cache pas son embarras après la décision surprise de l’Ukraine. Certes, la porte reste ouverte à Kiev, mais la Commission ne peut que constater que beaucoup de temps et d‘énergie consacrés à discuter avec l’Ukraine ont, pour l’instant au moins, conduit à un échec.

“C’est une déception mais nous continuons à croire que l’avenir de l’Ukraine réside dans une relation forte avec l’Union européenne, insiste une porte-parole de la Commission. Quant aux pressions exercées par la Russie, nous avons clairement dit que nous croyons profondément dans le droit de chaque pays à définir et à choisir librement quel type de relations il souhaite avoir.”

Le président russe Vladimir Poutine rejette le reproche qui lui est fait. Si pressions il y a eu, c’est plutôt, selon lui, le fait de l’Union européenne.

“Nous avons entendu des menaces de la part de nos partenaires européens à l‘égard de l’Ukraine et notamment un encouragement à des protestations dans la rue. Ce sont des pressions et c’est du chantage” a déclaré Vladimir Poutine.

L’ambassadeur de Russie auprès de l’UE Vladimir Chizhov enfonce le clou. Pour lui, si l’Union européenne se retrouve le bec dans l’eau, elle n’a à s’en prendre qu’a elle-même.

“L’analogie avec un rouleau compresseur est appropriée, affirme l’ambassadeur russe. L’Union européenne a donné des ordres à l’Ukraine en lui disant ce qu’il faudrait faire, quelles lois elle devrait voter, quelles réformes elle devrait mener, qui elle devrait libérer. L’UE n’a jamais accordé un état de membre à part entière à aucun des pays du Partenariat oriental alors qu’au contraire, l’Ukraine peut rejoindre l’union douanière avec la Russie.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Réaction à Bruxelles après le gel de l'accord d'association UE-Ukraine