DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Iran : la diplomatie européenne au premier plan


Le bureau de Bruxelles

Iran : la diplomatie européenne au premier plan

Une fois n’est pas coutume. C’est la représentante de la diplomatie européenne qui a tenu le haut de l’affiche dans le dossier du nucléaire iranien et annoncé l’accord. Mais c’est le changement de cap à Téhéran qui l’a rendu possible.

“ Catherine Ashton négocie au nom du groupe 3+3 depuis un certain nombre d’années sur ce dossier et avec le nouveau gouvernement, nous avons pu progresser bien davantage qu’avec le gouvernement précédent qui ne souhaitait pas vraiment s’engager “ , reconnaît son porte-parole Michael Mann.

Mais le satisfecit n’est pas unanime. Israël a dénoncé par la voix de son Premier ministre Benjamin Netanyahou une erreur historique. Réaction de la spécialiste des relations internationales Elena Aoun qui enseigne à l’UCL-Mons :

“ C’est le fait qu’Israël n’ait pas trop l’habitude de négocier. Une négociation est une véritable négociation, de part et d’autre il y a des compromis qui sont faits. Si l’accord avait coincidé avec ce que souhaitait Israël, on n’aurait absolument rien concédé à l’Iran. Donc du coup, un tel accord n’aurait pas été possible. Et c’est ce qu’ont compris tant les Etats-Unis que les Européens. “

L’accord n‘étant valable que pour six mois, les négociations devront très rapidement reprendre pour que lui succède un accord durable et viable.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Evasion fiscale : Bruxelles veut rectifier le tir